Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore compris
de quel bois se chauffe l'égérie des "démocrates" biélorusses...

à l'époque de la guerre froide, préfigurant BHL, il y avait Mr Waverley
et avant Svetlana il y a avait
"The girl from uncle"

 

Au-delà du "marqueur" parfaitement explicite que constitue le soutien "féministe" de notre Danube de la pensée réactionnaire à l'égérie de cette nouvelle révolution (avortée) rose pastel, et pour mieux comprendre "de quoi cette bouffée d'air libéral est le nom", nous recevons cette correspondance de notre camarade slavophile, bien informé : Bruno Dwreski :

En direct de Minsk... autrement
En réponse à :

LE MESSAGER DE LA HAINE ARRIVE A MINSK

 

Par Bruno Drweski

 

Voilà ce que je reçois de S. Musienko qui dirige le centre d'enquête publique à Minsk et que certains d'entre vous connaissent d'ailleurs personnellement aussi. Il dirige un centre d'enquête proche du gouvernement mais qui fonctionne de façon sérieuse, je le connais bien pour avoir observé le sérieux de leur travail, et il n'est pas aveugle aux contradictions du régime et aux errements des ses dirigeants et de son dirigeant.

Bien sûr, il vaut mieux avoir une conversation en tête à tête avec lui car il dit des choses qu'il n'écrira pas mais ce que je vous envoie apporte quand même des informations contradictoires qui permettent de recouper celles que nous avons. En privé, il est beaucoup plus critique sur la position de la Russie qu'il ne l'écrit ici. C'est un ami polonais qui a eu la conversation directe avec lui sur ce sujet, qui m'a résumé les teneurs de leur conversation qui me permettent de rajouter cet élément. Je vais lui demander des informations supplémentaires sur ce général de la répression ultra-violente dont il parle ici. Je sais que sa thèse est que des hommes du KGB ont été financés par des oligarques russes, en particulier Mazepin, Biélorussien d'origine établi en Russie, et qui veut acheter l'entreprise d'engrais potassique de Soligorsk que Loukachenko se refuse à privatiser, pour provoquer des répressions violentes et une réaction populaire forte. Mais j'aimerais savoir pourquoi le pouvoir n'a pas été en état de le prévoir et que maintenant tout d'un coup on le sait.

Néanmoins, je pense que ce qu'il m'écrit ici apporte en attendant des infos, en particulier sur les grosses entreprises publiques nationales, un aspect systématiquement oublié par nos médias. J'ai traduit pour vous ce qu'il m'a envoyé :

 En Biélorussie, la "révolution des couleurs" libérale et criminelle, utilisant une rhétorique d'opposition nationale, sous les symboles repris des nazis toujours détestés. En cette année du 75e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique, c'est particulièrement douloureux et symbolique. L'indice d'agressivité actuel n'est pas typique de chez nous. A Minsk, selon notre centre d'analyses CEC, 65% des électeurs soutiennent Loukachenko, tandis que les 35% restants se sont radicalisés et unis dans l'électorat protestataire.

Les blessés et leurs proches, les amis ...

Le premier jour des émeutes, les actions de la police ont été considérées comme allant de soi. Mais le deuxième jour, ils ont consciemment commencé à détenir les personnes non impliquées et à les réprimer sévèrement, y compris des civils qui avaient dit qu'ils avaient voté Loukachenko ont été arrêtés et tabassés. Une chose qui démontre qu'on sortait de la logique de la répression "normale", même violente. Il s'agissait de pousser le peuple à la colère. Car, comme dans d'autres pays, un général a surgi soudain, nous ne le connaissions pas sous ce jour mais nous voyons les conséquences de ses provocations. Minsk n'a jamais connu de manifestations de cette ampleur, le "Carnaval" de protestations a alors commencé ...et il est devenu à la mode chez les jeunes d'aller à la castagne pour frimer devant les copains.

De groupes d'opposants ont commencé par s'adresser aux ouvriers des entreprises clés, pour les pousser à la grève !

Le contrôle de la MZKT pour l'OTAN n'est nécessaire que pour l'éliminer ... car c'est une entreprise liée à la défense russe.

Belkali est l'un des 5 plus grands fabricants au monde et la seule rumeur sur son arrêt, affecte les bourses (ce qui est arrivé),

BelAZ troisième du marché mondial des tracteurs et engins miniers de haute technologie, si elle continue à exister - il va tuer Kamatsu et Caterpillar,

MTZ - c'est 10% du marché mondial ...

Ils frappent donc les grands géants d'État. Cela ne peut être l'effet du hasard.

 La grève des employés de Belaruskali, l'un des plus grands fournisseurs d'engrais potassiques sur le marché mondial, n'a pas encore commencé, mais les seules rumeurs à son sujet ont déjà fait le jeu de ses principaux concurrents. La valeur de leurs actions a fortement augmenté après que certains employés de l'entreprise biélorussienne aient publiquement soutenu la grève nationale, et, selon le journal de Financial Times mercredi qui a fait courrir la rumeur de grève, arrêté l'extraction du minerai dans toutes les mines. La valeur des titres de Mosaic, le plus grand producteur américain d'engrais potassiques et phosphatés, a fait un bond de plus d'un tiers, celle de l'israélien Israel Chemicals (ICL) et de l'allemand K + S - de 18 % et 14 %, respectivement. Une seule de ces opérations frauduleuses a permis de récupérer les coûts plusieurs fois.

Il n'y a plus rien de personnel ou de politique ici, juste du business.

Et bien sûr, la géopolitique est intervenue ici en plus, il est devenu intéressant de refermer "le cordon sanitaire" autour de la Russie - l'Ukraine, la Biélorussie, les États baltes, la Pologne pour séparer la Russie de l'Europe ... et préparer l'infanterie pour un Maidan en Russie, c'est une vengeance et aussi pour le choix politique "Covid sans quarantaine en Biélorussie", et donc sans arrêt de la production, il a en plus été décidé de punir les entreprises de travail, de punir, de punir, de punir ! Plusieurs raisons, et de vieux comptes à régler...  qui se sont accumulés.

Loukachenko et 31 fonctionnaires ont déjà interdit l'entrée en Lituanie et en Pologne mais on l'a ouverte à tous les Biélarussiens qui ont souffert du régime, cela malgré la quarantaine covid ! à géométrie variable donc.

Faites attention à BHL qui n'est pas un amateur de friture de côtelettes mais un amateur de friture de nations entières ! Là, où cet homme vient, il y a toujours du sang ! BHL est un "sataniste" russophobe notoire - un des architectes des révolutions "couleur", de la Yougoslavie à l'Ukraine, un idéologue sioniste notoire du "printemps arabe" et de la théorie du chaos contrôlé au Moyen-Orient. Ce phénomène peut semer la confusion dans la communauté internationale, et fomenter la discorde internationale. Il est également appelé le "messager de la guerre" - en Bosnie (1993), en Géorgie (2008), en Libye (2011), en Syrie (2012), en Ukraine (2014). "Si le célèbre Bernard-Henri Levy commence une chose quelque part, cela signifie que la percée vers la guerre est très proche". Parce que Bernard-Henri est vraiment la hyène faisant sauter les sabots sur le cerveau de ses contemporains en y laissant des trous sanglants"

La membre de l'état-major commun de l'opposition Maria Kolesnikova a déclaré : "Notre objectif est de stopper l'économie biélorussienne par des grèves. Plus le niveau de vie de la population sera bas, plus vite nous pourrons prendre le pouvoir entre nos mains". Le but est donc d'aggraver la vie des gens et ils ne le cachent même pas !

A vous de lire et d'interpréter avec la rigueur nécessaire.

Bruno Drweski

Tag(s) : #bielarus, #Bruno Drweski, #géopolitique, #biélorussie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :