Pendant que la confusion règne dans la vieille Europe, le parrain étasunien s'efforce de rassurer ses ouailles.

Tandis que les américains du sud s'inquiètent des gesticulations (pourtant assez coutumières) de l'appareil d’État étasunien, ce dernier a rappelé Lone Ranger pour se charger des tontos récalcitrants. Bien qu'encore assez mal coordonnés, les beaux efforts des premiers de cordée du monde libre et civilisé semblent donc témoigner d'une belle persistance dans les principes et valeurs qui déterminent leur farouche "résilience" de classe dirigeante  et motivent leur courageuse politique de "distanciation sociale" mondialisée.

Le Pentagone avait prévenu l'administration américaine il y a des années. de la menace du coronavirus et la pénurie subséquente de matériel médical, révèlent des rapports. Le magazine américain The Nation publié mercredi   un rapport sur un plan du Département américain de la Défense (Pentagone) de 2017 intitulé "USNORTHCOM Branch Plan 3560: Pandemic Influenza and Infectious Disease Response", où il fait référence au coronavirus à plusieurs reprises, déclarant que " les infections à coronavirus sont courantes dans le monde entier. » Le plan prévoyait également une pénurie de matériel médical après la propagation du virus. "La concurrence et la rareté des ressources seront incluses ", a- t-il déclaré. À cet égard, le document indiquait que la pénurie de contre-mesures médicales non pharmaceutiques, par exemple des ventilateurs, des appareils, des équipements de protection individuelle tels que des masques et des gants, aurait un impact significatif sur la disponibilité de la main-d'œuvre mondiale.

De plus, dans ce contexte, Denis Kaufman, ancien chef de la division Maladies et contre-mesures de la Defense Intelligence Agency, a noté que l'armée américaine connaissait le coronavirus depuis des années. «La communauté du renseignement a mis en garde contre la menace des virus grippaux hautement pathogènes depuis au moins deux décennies. Ils mettent en garde contre les coronavirus depuis au moins cinq ans ", a-t-il déclaré. Kaufman, lors d'une interview, a également rejeté les récentes déclarations fondées sur le fait que le nouveau coronavirus, nommé COVID-19, représente un échec du renseignement, à son avis, la pandémie est née de "l'ignorance des avertissements".

Jusqu'à présent, COVID-19 a fait 215 344 victimes et 5110 morts dans ce pays d'Amérique du Nord; et dans ces moments de crise, les gouverneurs des états américains ont averti que la réserve nationale stratégique du pays, qui est utilisée en temps de crise, est déjà vide de matériel médical . D'autre part, parler de l'insuffisance de l'équipement médical aux États-Unis pour lutter contre le COVID-19 est déjà interdit, de sorte que plusieurs hôpitaux ont menacé de licencier leur personnel médical s'ils faisaient des déclarations à ce sujet. . La Maison Blanche a reconnu mardi la grave situation causée par le coronavirus aux États-Unis, et a estimé que jusqu'à 240 000 personnes pourraient mourir dans le pays de cette pandémie , ce qui, selon les analystes, est dû à la mauvaise gestion de l'épidémie par Le président américain Donald Trump, qui préfère son entreprise à la santé du peuple américain.

 

Caracas, le 29 mars 2020

 

Aux Chefs d’État et de Gouvernement du Monde


 

Je vous adresse mes salutations les plus cordiales en même temps que la dénonciation des graves événements en cours contre la paix et la stabilité du Venezuela, à un moment où la préoccupation des États et des Gouvernements devrait se concentrer sur la protection de la vie et de la santé de leurs habitants, vue l’accélération de la pandémie de COVID-19.

Comme il est de notoriété publique, le 26 mars dernier le Gouvernement des États-Unis a proclamé des accusations d'une extrême gravité à l’encontre d’un groupe de hauts fonctionnaires de l’État vénézuélien dont moi-même, en tant que Président Constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela.

Cette accusation formelle devant le système judiciaire des États-Unis, n’est pas seulement illégal en soimême, mais prétend en outre appuyer une accusation fallacieuse de trafic de drogues et de terrorisme, dans le seul but de simuler une prétendue inculpation des autorités vénézuéliennes.

Cette farce étatsunienne s'accompagne de l’offre insolite d’une récompense internationale à celui qui apportera des informations sur le Président et les hauts fonctionnaires vénézuéliens, conduisant ainsi à une dangereuse montée des tensions sur le continent ; c’est pourquoi je considère nécessaire de retracer les faits qui révèlent la trame perverse qui se trouve derrière les accusations du Département de Justice.

La veille, le 25 mars, la République bolivarienne du Venezuela a dénoncé devant l’opinion publique nationale et internationale le développement, sur le territoire colombien, d’une opération dont le but était d’attenter à la vie du Président de la République, de sa famille et de hauts fonctionnaires de l’État, ainsi que d’attaquer des cibles civiles et militaires dans notre pays, signalant comme chef militaire de cette opération Monsieur Cliver Alcalá, général à la retraite de la Force Armée vénézuélienne.

Cette dénonciation a été effectuée en toute responsabilité, après avoir pris connaissance le 24 mars d’une opération de contrôle de la route au nord de la Colombie, près de la frontière avec le Venezuela, au cours de laquelle la police de ce pays a saisi un lot d’armes de guerre dans un véhicule civil.

L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un armement sophistiqué destiné à un groupe d’anciens militaires et paramilitaires vénézuéliens et colombiens qui s’entraînent dans des camps situés sur le territoire de la Colombie.

Le 26 mars, le précité Cliver Alcalá dans une déclaration à un média colombien – depuis sa résidence à la ville de Barranquilla, Colombie - a confirmé sa participation dans les faits dénoncés et avoué être le leader militaire de l’opération, révélant que les armes ont été achetées par ordre de Monsieur Juan Guaidó, député national, qui se fait appeler Président par intérim du Venezuela et agit comme opérateur de Washington au Venezuela. (Alcalá) a également confirmé que les armes étaient destinées à une opération militaire ayant pour objectif assassiner des hautes personnalités de l’État et du Gouvernement vénézuélien et donner un coup d’État au Venezuela.

Monsieur Alcalá a précisé que les armes ont été achetées moyennant un contrat signé par lui-même et Monsieur Juan José Rendón, conseiller politique du Président Iván Duque, ce qui était connu des autorités du gouvernement colombien.

Face à cet aveu, la réponse insolite du gouvernement des États-Unis a été la publication des accusations iniques mentionnées au début de cette lettre, incluant de façon extravagante le nom de Monsieur Alcalá parmi les autorités du Venezuela, comme s’il n’était pas un mercenaire sous contrat des États Unis pour réaliser une opération terroriste contre le gouvernement vénézuélien.

Pour démontrer cette affirmation, je n’ai pas besoin d’autre preuve que la capture supposée de Monsieur Alcalá par les forces de sécurité colombienne et sa remise immédiate aux autorités de la DEA des États-Unis, à l'occasion d'une étrange parodie où le détenu, sans menottes, a serré la main de ceux qui l’avaient capturé au pied de la passerelle de l’avion qui le conduirait par vol spécial VIP aux États Unis, montrant ainsi que toute cette mise en scène n’est en réalité que la l'exfiltration de celui qu’ils considèrent comme agent des États Unis.

Il faut souligner que l’opération armée empêchée avait été conçue à l’origine pour être exécutée à la fin du mois en cours, tandis que tout le Venezuela lutte contre la pandémie de COVID-19, assurément la principale bataille qui mobilise aujourd'hui l’humanité.

Une lutte que notre nation livre avec succès, ayant réussi à arrêter la courbe de la contagion grâce au renforcement des précautions sanitaires et à la mise en quarantaine massive de la population, avec un faible nombre de cas positifs et de décès.

Pour toutes ces raisons, le Gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela alerte votre Gouvernement sur les démarches téméraires et criminelles de l’administration de Donald Trump, qui, malgré l’effroyable accélération de l’augmentation du CODIV-19 qui affecte le peuple des États-Unis, semble décidée à renforcer sa politique d’agression contre des États souverains de la région et en particulier contre le peuple vénézuélien.

Pendant la pandémie, le gouvernement des États-Unis, au lieu de se focaliser sur les politiques de coopération mondiale en matière de santé et de prévention, a renforcé les mesures coercitives unilatérales et refusé les demandes de la communauté internationale de lever ou d’assouplir les sanctions illégales qui empêchent le Venezuela d’avoir accès à des médicaments, à des équipements médicaux et à des aliments.

En même temps, il a interdit les vols humanitaires des États-Unis vers le Venezuela pour rapatrier des centaines de vénézuéliens victimes de la crise économique et sanitaire qui sévit au Nord.

Le Venezuela, en dénonçant ces faits graves, réitère sa volonté inébranlable de maintenir des relations de respect et de coopération avec toutes les nations, plus encore dans cette circonstance inédite qui oblige les gouvernements responsables à travailler unis et à mette de côté leurs différences face à la pandémie de COVID-19.

Face à ces graves circonstances, je demande votre inestimable soutien devant cette persécution insolite et arbitraire, exécutée par une version renouvelée du Maccarthisme rance qui se déchaina après la 2ème guerre mondiale. Alors ils ont étiqueté à loisir leurs adversaires de communistes pour les persécuter, aujourd’hui ils le font dans les capricieuses catégories de terroristes ou de trafiquants de drogues, sans aucune preuve.

La condamnation et la neutralisation aujourd’hui de ces attaques injustifiables contre le Venezuela sera d’une très grande utilité pour éviter que Washington engage demain des campagnes similaires contre d’autres peuples et d’autres gouvernements du monde. Nous devons rester attachés aux principes de la Charte des Nations Unies pour éviter que l’unilatéralisme démesuré nous mène au chaos international.

Excellence, ayez la certitude absolue que le Venezuela restera ferme dans sa lutte pour la paix et qu’en toute circonstance, elle prévaudra. Aucune agression impérialiste, aussi féroce qu’elle soit, ne nous détournera du chemin souverain et indépendant que nous avons forgé depuis 200 ans, ni de l’obligation sacrée de préserver la vie et la santé de notre peuple devant l’effroyable pandémie mondiale de COVID-19.

Je vous remercie d’avance de la considération que vous avez montré en lisant cette lettre, et je suis confiant dans la fait qu’elle vous sera utile pour tenir correctement informé votre Gouvernement. Je saisis l’occasion de vous renouveler les assurances de ma considération la plus distinguée.

 

 


"Meanwhile back at the ranch" ( and more)
Pour se confiner à l'américaine et à l'ancienne

 

Et pour en savoir plus : Investig'action

Tag(s) : #Venezuela, #coronavirus, #lone ranger, #tonto, #maduro, #trump, #géopolitique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :