Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dernièrement la chaîne (doublement) publique : « public sénat » est venu enregistrer mon témoignage de "libraire de quartier", pour savoir ce que les libraires indépendants pensaient de l’amendement « Gaymard » à la Loi de 1981 ( dite Loi Lang) sur le commerce du livre.
Cet amendement vise à renforcer la Loi sur le prix unique du livre en interdisant explicitement la gratuité des frais de livraison à domicile, en sorte de favoriser les librairies de proximité face au abus des marchands de livres de l'internet, en présumant mettre un frein à leur "dumping" sur les frais de livraison.
Ce complément de la loi de 1981 suscite quelque embarras de la part de l'oligarchie majoritaire car il est en passe d'être voté « à l'unanimité » ( comme la loi dite Lang en 1981) alors qu'il n'est pas issu d'une proposition de l'actuelle majorité, mais … de son opposition.
Ce projet a en effet été initié par l'UMP et son « Monsieur livre » : Hervé Gaymard ( naguère et brièvement ministre des finances de Jacques Chirac ). Il venait en dernière lecture à l'assemblée et au Sénat, lorsque public sénat a jugé opportun de mettre ce vote au sommaire de son « journal de 19 h ».
La journaliste fut quelque peu surprise de mon « témoignage » qui pourtant restituait une réalité il est vrai soigneusement occultée par la classe dirigeante, actuellement aux affaires (mais aussi bien par la précédente, puisque les oligarques se succèdent à eux-mêmes). Car les médiacrates de la culture sont confrontés à quelques contradictions à propos de cette loi, de ses modalités et de son objet.
J'ai donc insisté auprès de la jeune journaliste pour que mon message soit honnêtement restitué.

Or, tel ne fut pas le cas ... et même ce fut l'inverse, puisqu'en coupant opportunément la moitié de ma déclaration, elle a pu obtenir un montage qui laisse supposer une convergence de mon point de vue avec l'absurde logomachie habituelle.
Une logomachie annonée ensuite, tout au long de ce « sujet » de 5 minutes.
En la circonstance la soupe habituelle fut servie :

  • par l'apparatchick patenté du syndicat patronal de la librairie ( SLF) , englué dans ses contradictions ( et conflits d'intérêts),
  • et par une sénatrice EELV dont la candeur désinformée n'a d'égale que l'ignorance des réalités sur lesquelles elle fut invitée à se prononcer.

J'ai donc jugé indispensable de revendiquer un droit de réponse,
que j'adresse donc très officiellement à la chaîne « Public sénat », sous la forme que voici (confiée à ma chaîne d'information de quartier : Télé14 ) qui assurément fait mieux son travail d'information du public que celle du Sénat :

 


droit de réponse à public sénat par Tele14

Tag(s) : #livres contre numérique