En France, est répandue depuis plus de 40 ans une histoire ultra réactionnaire de la Révolution, une histoire révisionniste qui se propage des ouvrages "savants" aux manuels des écoliers. Ce déni, instrumentalisé par l'oligarchie qui l'a promu, s'accompagne d'une "haine de soi" ( tournée cependant vers les "autres que soi") qui suscite la perplexité goguenarde des historiens du monde entier.

Les conséquences grotesques de cette propension au "devoir de mémoire" patrimonial revendiqué contre l'intelligibilité du développement historique, ont pourtant fini par disqualifier ces scolastes aux yeux de celles et ceux qui entendent faire de l'histoire quelque chose du présent, qui y cherchent une source généalogique de savoir et de sens.

Le magnifique travail de Sophie Wahnich atteste qu'une nouvelle génération d'historiens à donc su de ce passé récent "faire table rase", et nous restituer la portée sociale fondatrice et universelle de la Révolution, en révélant l'imposture des apories que 40 années de refoulement avaient postulé entre "sentiment et raison", "violence et progrès", "individu et collectivité".

En nous réappropriant, avec Sophie Wahnich, ce moment de notre histoire où l'être social de la Nation a réussi a s'exprimer, et pour toujours être entendu du monde entier, nous pouvons de nouveau en faire quelque chose, aujourd'hui, en ces temps obscurs de relativisme généralisé et de concurrence libre et non faussée, pour ... en sortir.

 

Courage Peuple de France, ton Universel concret est de retour !

Des maîtres arrivent qui ont cessé d'être ignorants.

 


1792 : Sophie wahnich et la raison sensible par urbain_glandier

Tag(s) : #histoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :