L'article de Maxime Vivas (qui suit cette présentation) est fort instructif pour celles et ceux qui souhaitent informer rationnellement et contradictoirement leur jugement sur "Le spectacle du Monde" tel que nous le restituent les gazettes de référence de la classe dirigeante. L'enfumage permanent auquel se livrent ces dernières a pris ces derniers temps un tour massif et univoque puisqu'il sévit désormais de manière particulièrement virulente "à gauche". Notamment parmi les journalistes et "intellectuels" de révérence - qui batifolent dans le bac à sable "révolté", avec les adeptes "branchés" de Françoise Vergès, aux côtés de maréchaux notoires de l'armée mexicaine du PCF, des héritiers putatifs de B.Kouchner et de la famille Glucksmann, coudoyant les plus mondains des cadres de la CIA parisienne. On y trouve en tout cas et en bonne place notre service public de propagande radiovisée :


    Ainsi il suffit de lire la première phrase d'un des innombrables "papiers" qu'a consacré "Francetvinfo" à cet enjeu essentiel "pour les libertés démocratiques bafouées" (par l'hydre totalitaire oriental) :

    "Un nouveau palier dans l'escalade de l'horreur a été franchi : lundi 29 juin, une étude (PDF en anglais) publiée par la Fondation Jamestown met au jour la politique coercitive de contrôle des naissances du pouvoir chinois à l'encontre de la communauté ouïghoure."

   On comprend alors que, si en effet un "nouveau palier" a été franchi, c'est assurément par nos journalistes du service public... Dans la foulée de celui qui avait consisté, de la part de ladite fondation ( filiale non dissimulée de la CIA ,  au point que même wiki ne peut l'éluder :), a publier "sans fard" cette "étude" ouvertement bidonnée sur instruction circonstanciée et détaillée de l'appareil d’État US. Sans non plus feindre de ne pas s'inscrire ainsi dans la vaste offensive idéologique américaine, concomitante de son Blietzkrieg économico-diplomatique contre la Chine Populaire. Avec un succès désormais assuré parmi le vaste public de "couches moyennes éduquées" évoqué par Maxime Vivas dans son article ...

Tout ça n'est pas nouveau, pourrait-on dire, ce qui est indéniable, mais la nouveauté ou si on préfère l'aggravation tient ici à la servilité doublée d'incompétence avec laquelle la chose est désormais pratiquée  par nos "derniers journalistes" :

 

Le dernier des Ouïghours et les derniers des journalistes

Une campagne mondiale débridée. Plus c’est gros, mieux ça passe

Voulez-vous soulever une vague mondiale d’indignation contre un pays ? Vous affirmez que les hommes y sont massivement emprisonnés et torturés, voire exécutés en catimini, que les femmes y sont stérilisées de force et qu’on y supplicie les enfants. C’est ce que vient de faire, ce que fait, ce que va continuer de faire la presse mondiale, agissant en porte-voix de quelques journaux états-uniens inspirés en sous-main par des officines de la Maison Blanche.

Qu’il n’y ait pas un mot de vrai dans la campagne antichinoise sur les Ouïghours importe peu. Il suffit de prétendre, d’affirmer. L’information circule, les journaux se lisent entre eux, les politiques s’en mêlent. C’est faux mais plausible : Chine insondable, Chinois impénétrables derrière la fente de leurs yeux. Vous me suivez bien, vous qui êtes pour la plupart normaux, pardon : blancs ?

Bruno Le Maire et Clémentine Autain sont indignés et le font vertueusement savoir.

C’est tout mensonge, mais le mal est fait. Ce n’est qu’après la destruction de l’Irak et après des centaines de milliers de morts innocents que toute la presse concède que les informations sur les couveuses débranchées au Koweit par les soudards de Saddam Hussein étaient inventées, que la fiole brandie par Colin Powell à l’ONU contenait du pipi de son chat ou du sable de sa litière ou de la poudre de perlimpinpin et non des Armes de Destruction Massives qui risquaient d’avoir raison des USA, de la Grande-Bretagne et (horreur !) de la France.

J’ai écrit plus haut qu’il n’y a « pas un mot de vrai dans la campagne antichinoise sur les Ouïghours ». La prudence ne voudrait-elle pas que je nuance : « Bien des choses sont inexactes dans la campagne antichinoise sur les Ouïgours ». Ou : « Certes, les Chinois ne sont pas des enfants de chœur, mais doit-on prendre au pied de la lettre les articles de Libération ? », ou encore : « Le problème que le régime chinois appelle « les trois fléaux » (terrorisme, séparatisme, fondamentalisme) est une réalité qu’on ne saurait nier, mais cela justifie-t-il une répression d’une telle ampleur ? ».

Mais, tenez-vous bien, je persiste : « Il n’y a pas un mot de vrai dans la campagne antichinoise sur les Ouïghours ». Non, trois fois non, un ou deux millions de Ouïghours mâles (trois d’après Radio Free Asia) ne sont pas internés(1), les femmes ne sont pas stérilisées de force pour éteindre l’ethnie, les enfants ne sont pas tués pour prélèvement d’organes vendus à l’Arabie saoudite, Beijing n’est pas en guerre contre cette région autonome qui fait au contraire l’objet de toutes ses attentions, de toutes ses faveurs.

J’ai écrit que « cette région autonome fait au contraire l’objet de toutes les attentions, de toutes les faveurs de Beijing. » ? La prudence ne voudrait-elle pas que je nuance : « Beijing gère ses régions avec l’autorité naturelle des communistes et le Xinjiang ne fait pas exception », ou : « Même si Beijing a mis le Xinjiang sous surveillance, des efforts financiers indéniables ont été consentis pour développer cette région, point de départ de « La nouvelle route de la soie ».

Mais, continuez à bien vous tenir, j’insiste : « Cette région autonome fait l’objet de toutes les attentions, de toutes les faveurs de Beijing. »

Je le dis aujourd’hui, en juillet 2020, avec la même assurance (inconscience ?) qui me fit écrire un livre en 2007 sur une idole alors aussi intouchable que Nelson Mandela. Je parle d’un type qui est aujourd’hui maire de Béziers, élu avec le renfort du Front National.

Je le dis aujourd’hui, en juillet 2020, avec la même certitude que celle qui me fit écrire un livre en 2011 sur une idole alors aussi intouchable que Ghandi. Je parle de l’ancien bourreau du Tibet : le dalaï lama.

Ça, c’est pour le passé. Je peux aussi performer sur le futur. Par exemple, j’ai une petite idée sur le passage de Yannick Jadot et Julien Bayou dans le rang des ennemis de l’écologie, lesquels ont toujours un plat de lentilles à offrir aux ambitieux peints en vert. Mais là n’est pas le sujet (j’en parle juste pour prendre date, pour triompher dans quelque temps : « Qui sait-y qui l’avait dit ? »).

Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre (Marx), un journaliste qui ne lit pas les démentis aux infaux de ses confrères est condamné à toujours utiliser les mêmes méthodes, ignorant que le truc a déjà été fait, à l’identique.

En général, les journalistes se lisent entre eux (« La circulation circulaire de l’information. » Bourdieu). Mais parfois le psittacisme ne marche pas, des journalistes qui ont d’eux-mêmes une opinion qui les oblige à échapper aux caquetage des perroquets, se démarquent.

Tenez, en 2010, j’étais au Tibet avec deux grands reporters des deux plus grands (par le tirage) quotidiens français : le Monde et le Figaro. J’en ai souvent parlé dans ces colonnes parce qu’il s’est passé un phénomène surprenant. Nous savions tous les trois (car nous lisons la presse et nous avons un autoradio et la télé) que le gouvernement de Beijing se livrait à un génocide au Tibet, que la culture était éradiquée et la religion férocement combattue.
Ne me dites pas que vous ne le saviez pas vous aussi. « Free Tibet », vous ne découvrez pas le slogan en me lisant, là.

Robert Ménard (aujourd’hui maire de la ville où naquit Jean Moulin) nous avait expliqué le drame tibétain en perturbant à Paris le passage de la flamme olympique pour les JO 2008 de Pékin. Le type qu’on voit avec lui dans les vidéos de l’époque, en t-shirt noir portant en sérigraphie 5 menottes symbolisant les 5 anneaux olympiques, c’est Jean-François Julliard qui a succédé à Ménard à la tête de RSF avant de devenir directeur général de Greenpeace France, fonction qui fait de lui un invité régulier des amphis d’été de LFI. Comprenne qui pourra (2).

Donc on est au Tibet, mes deux comparses s’envoient des vannes rigolardes, l’un demandant à l’autre quel effet ça fait d’appartenir à des banquiers, l’autre répondant que le ressenti est sans doute le même que celui des journalistes qui sont la propriété d’un marchand d’armes. Ils sont allés voir sur Internet qui je suis. Ils m’épargnent. Je suis là, auréolé du prestige guerrier du Grand Soir, média rigoureux, fiable et qui frappe fort. Et sur qui le mérite. Message reçu jusque dans les montagnes tibétaines.

Bref, tous les trois, ensemble, chacun sous le regard des autres, nous voyons le Tibet avec sa religion omniprésente, les temples pleins, les monastères grouillant de moinillons, les prières de rues, les montagnes souillées par des grossières peintures bouddhistes, des chapelets de drapeaux de prière claquant au vent. Un envahissement bigot jusqu’à la nausée pour l’athée que je suis.

Tous les trois, ensemble, chacun sous le regard des autres, nous voyons les écoles où l’enseignement est fait en tibétain (jusqu’à l’université), nous voyons les panneaux indicateurs, les enseignes, les noms des rues rédigés en tibétain, ainsi que les journaux. La télé et la radio parlent le tibétain. Le doyen de l’université de LLassa nous montre une salle contenant des dizaines de milliers de livres en tibétain. Nous assistons aussi à des spectacles (danses, chants) tibétains.

Tous les trois, ensemble, chacun sous le regard des autres, nous voyons des couples de tibétains accompagnés d’enfants (pas d’UN enfant). La politique de l’enfant unique n’a jamais été imposée au Tibet. D’où une explosion démographique favorisée par le quasi doublement de l’espérance de vie après la fuite du dalaï lama.

De retour en France, tous les trois, chacun sachant que les autres vont le lire, nous écrivons ce que nous avons vu. Le croirez-vous, aucun n’a écrit que « le régime de Pékin » se livrait à un génocide, éradiquait la culture tibétaine et réprimait les bouddhistes ? Et puisque j’en suis aux confidences, je vous dirai que le journaliste du Figaro m’a envoyé son article et m’a demandé ce que j’en pensais (du bien, d’ailleurs). Le croirez-vous, les gens avec qui j’ai aujourd’hui l’occasion de parler de la Chine doivent surement tous lire Libération parce qu’ils m’expliquent tranquillement que les bouddhistes sont pourchassés dans un malheureux Tibet génocidé où parler le tibétain et prier c’est s’exposer à la prison ?

Et maintenant, continuez à bien vous tenir, je prétends que si je partais au Xinjiang avec les deux grands reporters du Monde et du Figaro, chacun marquant l’autre « à la culotte », aucun n’écrirait au retour que Beijing se livre à un génocide contre les Ouïghours, brime leur religion, éradique leur culture, charcute les enfants.
Parce que ce n’est pas vrai.
Un peu quand même ?
Non, pas du tout.
Les charniers de Timisoara n’étaient pas vrais « un peu ». Les Gilets jaunes n’ont pas envahi « un peu » l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, Nicolas Maduro n’a pas été « un peu » élu contre Juan Guaido (qui n’était pas candidat, je le rappelle aux distraits), etc. (3).

Si je partais au Xinjiang (j’y suis allé deux fois) avec Renaud Girard (le Figaro) et Rémy Ourdan (Le Monde), ils s’affranchiraient des informateurs yankees et autres menteurs professionnels, ils se distingueraient de leurs confères qui écrivent des articles d’une telle débilité qu’ils sont des insultes aux lecteurs, des crachats sur la charte des journalistes. Ils feraient leur job en se respectant.

Beijing hait les enfants ouïghours jusqu’à les tuer pour prélèvement d’organes ? C’est Goebbels qui vous le dit. Il peut même faire témoigner (de dos) un chirurgien masqué dont le nom a été changé et la voix modifiée. Goebbels peut pondre un article terrifiant à coups de conditionnels, de « selon des témoins…  », de « certaines sources affirment… », de « il semblerait que…. », de « un diplomate aurait constaté  », « des Ouïghours auraient disparu…  » de « des organisation de défense des droits de l’homme… ». Un conditionnel dix fois répété devient un indicatif certifié.

La caisse dans laquelle le félin Goebbels se soulage volontiers s’appelle Libération.

Il y a quelques années, Le Grand Soir avait démontré qu’un article traficoté de Libération avait fait de Hugo Chavez un antisémite (« Le Credo antisémite de Hugo Chavez »).

Un échange vigoureux et public avait alors eu lieu entre Le Grand Soir et Libération. Nous avions les preuves, nous les avons fournies. Irréfutables. Nous avons mis en regard la phrase de Chavez et la même, après troncature par Libération. Libération ergota (4). Pour ses lecteurs, Chavez est donc resté un antisémite. Pour les lecteurs des autres médias aussi, car les médias choisirent de se taire pour ne pas désavouer Libération. Le clan, la mafia…

Le journaliste coupable de cette crapulerie est Jean-Hébert Armengaud, promu depuis rédacteur en chef de Courrier International et son N+1 à Libé, qui l’a couvert jusqu’au bout, est Pierre Haski, aujourd’hui chroniqueur tous les matins sur France Inter. Promotions au mérite.

Alors, je le redis ici en invitant mes lecteurs à vérifier : les Ouïghours et les Tibétains sont de plus en plus (et spectaculairement) nombreux, leur culture est préservée et promue comme jamais dans leur Histoire, leur religion est (trop) libre, l’instruction fait des progrès considérables, les deux républiques autonomes du Xinjiang et du Tibet votent des lois dont aucune ne permet d’encager les citoyens au simple motif de leur croyance, de stériliser de force les femmes ou d’amputer les enfants.

Pour répondre plus avant à la déferlante de mensonges sur le Xinjiang, il me faudrait citer des pages entières de mon livre « Le dalaï lama pas si zen ». On pourrait croire que les instigateurs des campagnes mondiales de mensonges ont un logiciel unique avec des cases sur lesquelles cliquer pour que ça démarre.

La stérilisation ? « Des villages entiers » (Voir les Mémoires du dalaï lama, longuement citées dans « Le dalaï lama, pas si zen »).
Le génocide ? «  Observateur critique de la politique chinoise, le Britannique Patrick French, directeur de la « Free Tibet Campaign » (Campagne pour l’indépendance du Tibet) a pu consulter les archives du gouvernement du Dalaï-Lama en exil. Il a découvert que les preuves du génocide étaient des faux et il a démissionné de son poste » (« Le dalaï lama, pas si zen »).

Cependant, la publicité faite en Occident à cette affaire d’extermination (par la stérilisation et des massacres) de la population tibétaine, a largement contribué hier à un élan de compassion pour le Tibet et le bouddhisme. Aujourd’hui les mensonges « hénaurmes » sur le Xinjiang font pleurnicher les gogos, soudain épris de cette région dont ils seraient bien en peine de citer la Capitale (5).
Ce n’est pas Laurent Joffrin, Pierre Haski, Jean-Hébert Armengaud qui le déploreront.

Je ne sais pas à qui pense l’excellente humoriste Blanche Gardin quand elle affirme (un peu trop crument pour être citée par un site de bonne tenue comme Le Grand Soir) que « Nous vivons dans un pays où les journalistes sucent plus de bites que les prostituées ».

Maxime VIVAS

 

Notes.
(1) Si l’on rapporte le chiffre de Radio Free Asia au nombre de Ouïghours mâles adultes, il n’en reste pas un dans les rues. Or, continuez à vous tenir bien : j’en ai vus !
(2) Il serait injuste de ne pas mentionner les positions exemplaires( et dignes d’un chef d’Etat) de Jean-Luc Mélenchon sur la Chine. Au demeurant, je lui sais gré de me citer et d’inviter ses contradicteurs à me lire ici et ici sur ce sujet où nous sommes synchrones, même si j’ai une liberté d’expression qu’il ne peut avoir.
(3) Anecdote personnelle. Me trouvant avec mon fils aîné au commissariat de police de Toulouse le samedi 4 mai 2020 pour nous enquérir du sort de mon fils cadet, Gilet jaune arrêté pour rien dans la manif (Il fut jugé en « comparution immédiate » et acquitté après 42 heures de GAV) nous apprîmes qu’il s’était tailladé les mains pour écrire avec son sang sur les murs de sa cellule. Nous avons vécu avec cette information terrifiante (que nous cachâmes à sa mère) jusqu’au lundi 6 mai où, devant le tribunal, il apparut, les mains intactes. Il ne se les était même pas « un peu » tailladées. L’automutilation des mains était aussi vraie que l’amputation des enfants ouïghours. Nombre de journaleux ont un flic dans leur tête.
(4) J’aime à raconter cette histoire du Figaro écrivant qu’un film de Jean Yanne était « un monument de bêtise ». Jean Yanne s’en servit ainsi dans ses pubs : « Le Figaro : « un monument ! ».
(5) Urumqi, 2 millions d’habitants.

Un peu de géographie humaine et "antitotalitaire"...

Roger Brunet (2e à droite) et Paul Claval (1er à droite), lauréats du prix Vautrin Lud 1996. -Wiki

"et de gauche et de droite" : Roger Brunet, communiste de la "génération HUE"
puis anticommuniste de la "Gauche plurielle" académique.

Commentaire de Jean-Pierre Garnier

À propos du bourrage de crânes et du lavage de cerveau opérés par des journaleux nostalgiques de la guerre froide, je pourrais ajouter au dossier la contribution, alors que celle-ci battait encore son plein malgré la perestroïka et la glasnost de Gorbatchev, de Robert Ménard, alors patron de Reporters sans frontières et aujourd'hui maire facho de Béziers, à un "Atlas mondial des libertés", coproduit avec Médecins sans frontières et piloté par le géographe Roger Brunet, directeur de la Maison de la Géographie de Montpellier (MGM) où je travaillais à cette époque comme ingénieur de recherche.

À l’instar de nombre d’ex-staliniens «recentrés», Brunet, qui avait passé une douzaine d'années au PCF, ne tardera pas à verser dans l’anticommunisme pour mener à bien son plan de carrière de mandarin universitaire. Ainsi mettra t-il en chantier en 1984 un Atlas mondial des libertés, co-produit avec Médecins sans frontières et Reporters sans Frontières. Les sources statistiques étaient à l’unisson avec la visée idéologique: elles étaient puisées chez Freedom House, ONG (para-gouvernementale en fait) made in USA financée par plusieurs fondations privées, dont celle de Georges Soros,

et surtout le gouvernement des États-Unis par l'intermédiaire du National Endowment for Democracy, de l'USAID et du département d'État.

Les cartes et commentaires étaient des décalques sophistiqués de la propagande de l’OTAN !

Exemple : les pays soi-disant démocratiques (États-Unis, Grande Bretagne, France, etc.) étaient colorées en rose tandis que l’URSS, les pays de l’est européen et la Chine avaient droit à un sinistre violet foncé. Je pourrais conter comment, avec deux collègues, nous avons saboté la cérémonie de présentation de cet atlas en collant sur les murs des couloirs et les portes de bureaux des «dazibaos» dénonçant la collusion de la MGM avec les propagandistes de l’Oncle Sam.

«Curieusement», Brunet n’a pas fait figurer cet Atlas mondial des libertés dans sa bibliographie actualisée alors qu’il en avait été le maître d'œuvre «scientifique».


Jean-Pierre Garnier

 

Tag(s) : #Maxime Vivas, #Géopolitique, #ouïghours, #chine, #propagande US, #servilité, #média, #journalisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :