Après les soldes de printemps : les affaires reprennent !

 

La pelle du 18 juin

Par Déesse K

 

Chers ami.e.s,

je sais que celles et ceux qui m'ont suivi ces derniers temps ont pris quelques râteaux. C'est pourquoi je fais amende honorable, aujourd'hui que les circonstances sont redevenues favorables. Grâce, il est vrai, au magnifique travail préparatoire de ma version 3.0 : le petit Maquerond et sa superbe équipe et de gogoche et de droite. Donc après le rateau voici la pelle.

Le 18 juin, ça s'impose...

« La zone euro est en train de franchir un pas historique, y'a du gras à se faire »

La crise mondiale provoquée par la pandémie du coronavirus sera profonde, sans commune mesure avec celle de 2008. Dans ce contexte "rock and roll", la zone euro, notamment sous l'impulsion de la France et de l'Allemagne, est peut-être en train d'accomplir sa mue tant attendue en faisant un pas vers la mutualisation des dettes . C'est le moment d'en profiter...

Karl MARX


Le Capital - Livre premier
Le développement de la production capitaliste
VIII° section : L'accumulation primitive
Chapitre XXXI : Genèse du capitaliste industriel

 

[...] La dette publique, en d'autres termes l'aliénation de l'État, qu'il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l'ère capitaliste. La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c'est leur dette publique [7]. Il n'y a donc pas à s'étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s'endette, plus il s'enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. Aussi le manque de foi en la dette publique vient-il, dès l'incubation de celle-ci, prendre la place du péché contre le Saint-Esprit, jadis le seul impardonnables [8].

La dette publique opère comme un des agents les plus énergiques de l'accumulation primitive. Par un coup de baguette, elle dote l'argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu'il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l'usure privée. Les créditeurs publics, à vrai dire, ne donnent rien, car leur principal, métamorphosé en effets publics d'un transfert facile, continue à fonctionner entre leurs mains comme autant de numéraire. Mais, à part la classe de rentiers oisifs ainsi créée, à part la fortune improvisée des financiers intermédiaires entre le gouvernement et la nation - de même que celle des traitants, marchands, manufacturiers particuliers, auxquels une bonne partie de tout emprunt rend le service d'un capital tombé du ciel - la dette publique a donné le branle aux sociétés par actions, au commerce de toute sorte de papiers négociables, aux opérations aléatoires, à l'agiotage, en somme, aux jeux de bourse et à la bancocratie moderne.

Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n'étaient que des associations de spéculateurs privés s'établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu'ils en obtenaient, à même de leur prêter l'argent du public. Aussi l'accumulation de la dette publique n'a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d'Angleterre, en 1694. Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 %%, en même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu'on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets d'échange, en les avançant sur des marchandises et en les employant à l'achat de métaux précieux. Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l'argent avec lequel la Banque d'Angleterre effectua ses prêts à l'État et paya pour lui les intérêts de la dette publique. Elle donnait d'une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu'à concurrence du dernier liard donné. Peu à peu elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. Dans le même temps qu'on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque.

Tag(s) : #DSK, #18 juin, #U.E., #économie, #pandémie, #macron

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :