«Il est vrai que la guerre apporte de l'insécurité aux propriétés, mais cette insécurité réelle n'est que le mouvement qui est nécessaire. Dans les chaires on ne cesse de parler de l'insécurité, de la fragilité, de l'instabilité des choses temporelles, mais chacun pense, si ému soit-il, qu'il conservera pourtant ce qui lui appartient ; que cette insécurité apparaisse effectivement sous la forme des hussards sabre au clair, et que tout cela cesse d'être une plaisanterie, alors ces mêmes gens édifiés et émus qui avaient tout prédit se mettent à maudire les conquérants. Cependant les guerres ont lieu quand elles sont nécessaires, puis les récoltes poussent encore une fois et les bavardages se taisent devant le sérieux de l'histoire.»

G. W. F. Hegel, Principes de la philosophie du droit et science de l'État en abrégé, remarque annexée au §324, citée et traduite de l'édition allemande Lasson, tome VI, p. 369 par Jean Hyppolite in Introduction à la philosophie de l'histoire de Hegel (éd. Marcel Rivière et Cie, coll. Bibliothèque philosophique, 1948).

Hier soir je recevais ce message de Michel Collon :
 
Revenu au travail, j’ai suivi avec intérêt votre discussion que je crois importante pour les forces de gauche. Elle confirme une confusion et une divergence que je rencontre aussi dans les contacts autour de mes émissions Michel Midi. Je pense, Dominique, que Badia a raison dans ce qu’elle écrit là.
 
En gros, nous rencontrons trois positions :
 
1. Sous-estimer l’impact du virus et le danger pour la population européenne (et mondiale). Cela a été de fait la mienne durant les premières semaines.
 
2. Alerter sur le danger important et critiquer les gouvernements français, belge et européens pour avoir dénigré la Chine, négligé de prendre des mesures rapides et énergiques pour entraver la pandémie, et surtout refusé pendant longtemps de faire comme les Chinois : arrêter la vie économique non indispensable pour limiter la contamination. C’est ce qu’Investig’Action essaie de faire avec articles et vidéos.
 
3. Une position complotiste qui accuse ces mêmes gouvernements d’exagérer avec le confinement et de poursuivre des objectifs cachés.
 
Cette troisième position est dangereuse pour les populations et empêche les forces de gauche de réagir à cette énorme prise de conscience populaire. Plein de gens se posent beaucoup de questions, et sont en ce moment très réceptifs à des interrogations fondamentales sur la politique de santé et sur l'économie en général, en étant très méfiants envers l’élite politique et médiatique.

J'ai répondu à Michel Collon que sur ces questions, ayant diffusé les articles de Badia, depuis l'origine : http://www.librairie-tropiques.fr/tag/coronavirus/ on aura compris que je partage ses vues expertes, et d'autant plus que, contrairement à elle ou à Raoult qui sont médecins et épidémiologistes « patentés », et pas plus que toi et les autres destinataires, je n'ai de compétence particulière sur ces questions de santé. Sinon que je connais bien la chloroquine, puisque comme toute ma génération de "coloniaux" d'Afrique de l'Ouest, j'en ai pris tous les jours, depuis ma plus tendre enfance pendant la moitié des 30 années passées en Côte d'Ivoire et alentours. Puis, je jugeais avoir, comme c'était communément admis, développé une forme d'immunité "naturelle" relative au parasite. C'est ainsi qu'à 36 ans j'ai chopé le palu ( sous une forme bénigne qui a finalement disparu ) lors d'un bref séjour à Ouagadougou (du temps de Sankara) omettant de considérer que le parasite y est différent de celui des zones côtières où j’avais séjourné le plus souvent.

 

Pour ce qui concerne les aspects politiques j'ai également déjà exprimé et argumenté mon point de vue. Je pense l'avoir exprimé de manière assez claire et suffisamment éloignée de la candeur péremptoire et des postures qui disqualifient la tendance de certains au "complotisme" puéril.

 

Pour ce qui est de l'attitude des gouvernements européens (et autres) il n'y a évidemment aucune arrière-pensée dans ce qu'ils font au jour le jour, à la va comme je te pousse, depuis que cette épidémie est clairement à l'ordre du jour de leurs "agendas". Et je dirai même que malgré qu'ils en aient ce serait plutôt le contraire... Selon leur "habitus" de clercs et premiers de cordée, ils aimeraient bien pouvoir agir selon cette forme d'arrière pensée - le libéralisme démocratique - qui leur dicterait la marche à suivre.

 

Il est donc inutile et vain d'aller chercher midi à quatorze heure : la superstructure et son appareil sont désormais dépassés par les événements et la situation à quoi leur « management » les confronte. Face à ces contradictions il leur est d'autant plus difficile de tenir leur cap, « droits dans leurs bottes », que la situation où ils se trouvent, pour affronter cette crise, résulte de la manière dont ils ont eux-mêmes assumé jusqu’ici les contradictions "centrales" du libéralisme, de l'impérialisme et de la mondialisation capitaliste.
Ils sont dans le mode "paranoïaque critique" comme disait Dali. C'est ce que j'ai désigné comme le mode "panique" où l'opinion qu'ils ont façonnée retourne à ces envoyeurs leur discours de démagogie anxiogène et fétichiste. C'est ainsi qu'on les voit  improviser précipitamment un peu tout et n'importe quoi, une chose et son contraire, se contredire l'un l'autre, se déjuger eux-mêmes, se déchirer et "marcher en rond", et finalement, dans le plus total désarroi, balancer toutes les "réformes nécessaires" menées jusqu'ici au pas de charge du 49.3, avec l'eau du bain de la doxa eurocrate et libérale. Même si "au final" on retrouve les mêmes méthodes, et d'abord sauver les banques : Bonjour la planche à billets !

 

Rien de bien nouveau là dedans et ma conclusion là-dessus est qu’ils sont très prévisibles... sauf face à l'imprévu, pourtant prévisible.
Une fois encore, ce qui explique leur conduite des "affaires" c'est toujours la préservation de leurs intérêts de classe. Il en résulte "en temps normal" une politique jugée et revendiquée comme rationnelle (voir plus bas) , sauf quand leur logiciel "bugue" face à une "instance non déclarée", comme en ce moment. C'est alors la "sélection naturelle en milieu dirigeant" qui se charge de distinguer les plus efficaces et d'éliminer les autres ... ce que Mao aurait pu appeler la juste résolution des contradictions au sein de la classe exploiteuse.

 


J'ajoute quand même un point assez trivial mais essentiel sur l’interprétation politique et la critique marxiste qu'on peut faire de ces situations : La contradiction centrale, qui fait de cette épidémie une menace politique pour nos classes dirigeantes bourgeoises, c'est tout simplement que le processus continu de destruction profitable de "l’État providence", qu'ils conduisent de concert et dans "l'alternance" depuis 50 ans, les a placés dans la situation de n'avoir plus aucune "réserve" pour réaliser l'impératif de PRODUCTION  (tant en "capital fixe" qu'en "capital variable") requis par la charge "exceptionnelle" imposée par le traitement de cette épidémie se surajoutant à "l'ordinaire". Depuis le moment où l'affaire a commencé à se manifester ils ne pouvaient que refouler ... le fait qu'ils ont tout bazardé !

 

On pouvait célébrer hier avec Nicole Ferroni l'anniversaire d'une année de mouvement social des personnels hospitaliers luttant face à la déréliction aggravée où les a plongés la politique  "progressiste" de Macron et toute sa généalogie depuis Giscard - dont il est le fils putatif, par accouplement transgenre (euro-assisté), avec Lecanuet, Rocard, Attali et quelques autres géniteurs partagés...

 

Quoiqu'il en soit, comme toujours, le marxiste, rationaliste et matérialiste part d'un principe assez simple (qui semble pourtant encore assez hermétique pour certains)  :"Le réel est rationnel " (voir l'incipit de l'article). C'est ce qu'atteste sous la forme commune des interventions médiatiques la prestation matinale de Lemaire  sur France Inter... !

 


Bruno Lemaire ce matin  : les libraires désormais "essentiels",
priorité à l'investissement public,
notamment dans "L’État providence" (hier encore condamné)
et le système de santé...
et last but not least : "nationalisons Folleville"

C'est pourquoi je rapportais à Michel Collon qu'à ma sœur, qui enseigne la littérature française à Stanford et qui venait de m'écrire pour déplorer :

 

"Quelle misère toutes ces mesures de “shelter-in-place” et de “social isolation” qui ne servent finalement à rien d’autre qu’à nourrir la peur, l’hystérie, l’incertitude existentielle, le chaos social, les régimes fascistes, autoritaires… et donc, Trump. Aux States, on va avoir Biden comme candidat démocrate et donc, rebelote : Trump. Très mince consolation: le Sénat devrait repasser (Inch’Allah) aux Démocrates, même si ce sont eux qui m’écœurent le plus, finalement, parce que c’est en grande partie à cause d’eux qu’on est dans la mouise.
J’ai monté un p’tit réseau de quartier pour les personnes âgées qui sont sans beaucoup de soutien familial et qui, du coup, se sentent encore plus isolées maintenant. On fait les courses pour elles et on les dépose devant leur porte. Enfin, on se serre les coudes… notre façon de dire “merde” à la panique hystérique.

Caramba! Viva la cultura!"

 

Je venais de répondre : Hélas pour l'instant tout est bloqué, et la plupart des "gens" sont encore dans une sorte de stupeur impotente, abrutis par les messages aussi confus que contradictoires, de panique tétanisante, dispensés par notre appareil idéologique .. et de plus, par incompétence et irresponsabilité déraisonnable, improvisation psychotique et méconnaissance de leur sujet, ils ont foutu une telle merde dans l'économie "réelle" - celle qui nous permet de vivre au jour le jour - que tout est bloqué : toute la logistique est en rade et les imprimeurs, éditeurs et distributeurs de livres ont tout "suspendu".

 

C'est le piteux constat que confesse ce matin le Ministre Lemaire, concédant même qu'en effet les libraires indépendants, confinés dans leurs quartiers relèvent assurément des "commerces essentiels" ... après que quelques jours plus tôt il ait précipitamment atomisé toute la chaîne du livre, au seul profit de Jeff Bezos !

 

Je ne peux donc livrer que les livres que j'ai déjà à la librairie, à celles et ceux ( les voisins) qui se hasardent à s'informer autrement par que les "messages" d'autorité dont ils sont saturés.

 

Mais il reste que le bon Dr Raoult (ici son site institutionnel de recherche ): https://www.youtube.com/user/ifr48 est une grosse épine dans le pied de nos "experts en responsabilité" et de la classe dirigeante au travers de laquelle ils se sont cooptés ... à commencer par nos deux derniers ministres "en marche" - surtout pourvus de fortes compétences en matière de raclage de parquet (avec les dents), comme du reste leurs collègues,et comme on l'a observé ces derniers jours …

 

D'abord par ce que comme tous ceux qui maitrisent leur sujet, tout en conservant la prudence scientifique de circonstance, en bon matérialiste et rationaliste "cartésien", il est d'une parfaite clarté et distinction;
ensuite par ce qu'il a l'expérience et les compétences qui font défaut à ses détracteurs et qu'il en avait fait la démonstration accablante il y a déjà 15 jours, alors que beaucoup de ses "con-frères", proches des cabinets ministériels,  le traitaient encore de charlatan :
https://youtu.be/mJl2nPHAo2g et https://www.youtube.com/watch?v=TaV6sj8TuWQ

 

Ces vidéos m'avaient été transmises, depuis le début, par Badia et d'autres amis médecins... mais ensuite le bon docteur de Marseille a aggravé son cas...
Ayant dit ce qu'il allait faire, pourquoi et comment c'était selon lui une des choses utiles à faire, et vu qu'il pouvait et savait le faire, contrairement à nos "grand ya qu'a" calamiteux... il l'a fait :
https://www.youtube.com/watch?v=n4J8kydOvbc et enfin, après cette belle démonstration empirique, théorique, scientifique, sociale et politique  il en a profité pour faire la leçon à nos gouvernants : https://youtu.be/K7g4WKoS_6U et, là encore, son message est clair ...

 

PS : Quand à Macron, il y a déjà un moment qu'il est passé en mode panique , au point qu'il lui est maintenant difficile de la cacher : http://www.librairie-tropiques.fr/2020/03/nous-accusons.html

 

 

 

Tag(s) : #coronavirus, #politique, #métiers du livre, #libéralisme, #hegel et marx, #inessentiel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :