à Matignon on s'organise
pour affronter la pénibilité occasionnée par le conflit social
et les interminables réunions de cadrage que requiert la situation
Ici quelques tenors du gouvernement surpris pendant une pause.

Dans l'urgence, il a été décidé, faute mieux (personne ne semblant très enthousiaste) de mobiliser les plus serviles et redevables des parvenus de la Micronie. De Richard Ferrand soucieux d'astiquer ses casseroles à Bruno Ravi-de-la-crèche Lemaire, envoyé faire le camelot sur France Inter pour dénoncer les odieuses menées complotistes qui sapent les valeurs et les fluides essentiels du pays... Mauvaise pioche :  comme de coutume le gros nigaud de service s'est une fois de plus pris les pieds dans le tapis de sa rhétorique soporifique et son réquisitoire a consisté à valider et confirmer explicitement les arguments des infâmes séditieux sur la promotion des retraites par capitalisation. Même Lea Salamé et Nicolas Demeuré  en furent... troublés :

Pendant ce temps, le conducator poursuit discrètement (dans la cave aménagée de sa résidence du Toupet) sa préparation pour le prochain "grand débat à venir" et peaufine l'entrainement de ses meilleurs zélotes des syndicats "réformistes" aux bonnes pratiques de la démocratie participative et du débat citoyen .

Pour en savoir plus : notre "dossier retraites"

undefined
Tag(s) : #retraites, #grève

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :