Le pacte Hitler-Staline du 23 août 1939
mythe et réalité


Par Jacques R. Pauwels

 

Dans un livre remarquable, 1939: L'Alliance qui n'a jamais existé et le début de la Seconde Guerre mondiale, l'historien canadien Michael Jabara Carley décrit comment, à la fin des années 1930, l'Union soviétique a tenté à plusieurs reprises, mais a finalement échoué, de conclure un pacte de sécurité mutuelle, autrement dit une alliance défensive, avec la Grande-Bretagne et la France.

 

L’entente proposée visait à contrer l’Allemagne nazie, qui, sous la direction dictatoriale de Hitler, avait un comportement de plus en plus agressif et impliquait probablement certains autres pays, notamment la Pologne et la Tchécoslovaquie, qui avaient des raisons de craindre les ambitions allemandes. Le ministre des Affaires étrangères, Maxim Litvinov, était le protagoniste de cette approche soviétique vis-à-vis des puissances occidentales.

Moscou était impatient de conclure un tel traité car les dirigeants soviétiques ne savaient que trop bien que, tôt ou tard, Hitler avait l'intention d'attaquer et de détruire leur État. En effet, dans Mein Kampf, publié dans les années 1920, il avait clairement indiqué qu'il la méprisait en la qualifiant de «Russie dirigée par les Juifs» (Russland unter Judenherrschaft), parce que c’était le fruit de la révolution russe, l’œuvre artisanale des bolcheviks, qui n'étaient selon Hitler qu'une "bande de Juifs". Et dans les années 1930, pratiquement tous ceux qui s'intéressaient aux affaires étrangères savaient pertinemment qu'avec la remilitarisation de l'Allemagne, son programme de réarmement à grande échelle et autres violations du traité de Versailles, Hitler se préparait à une guerre dont la cible devait être l'Union soviétique. Cela a été clairement démontré dans une étude détaillée de l'éminent historien militaire et politologue, Rolf-Dieter Müller, intitulée Der Feind steht im Osten: Hitlers geheime Pläne für einen Krieg gegen die Sowjetunion im Jahr 1939 (“L’ ennemi est à L’Est : Le plan secret d’Hitler pour la guerre contre l’Union Soviétique en 1939.”)

 

Hitler reconstruisait alors l’armée allemande avec le projet non dissimulé de l’utiliser pour essuyer l’Union soviétique de la surface de la terre. Du point de vue des élites qui étaient encore au pouvoir à Londres, à Paris et ailleurs dans le soi-disant monde occidental, il s'agissait d'un plan qu'ils ne pouvaient qu'approuver voir soutenir. Pourquoi? L’Union soviétique incarnait une redoutable révolution sociale, source d’inspiration et de guide pour les révolutionnaires de leurs pays et même de leurs colonies, car les Soviets étaient aussi des anti-impérialistes qui, via le Komintern (ou Troisième Internationale), soutenaient la lutte pour l'indépendance des colonies des puissances occidentales.

Par une intervention armée en Russie en 1918-1919, ces mêmes puissances avaient déjà essayé d'abattre le dragon de la révolution qui s'y était dressé en 1917, mais ce projet avait échoué lamentablement. Les raisons de ce fiasco étaient : d'une part, la résistance acharnée des révolutionnaires russes, qui bénéficiaient du soutien de la majorité du peuple russe et de nombreux autres peuples de l'ancien empire tsariste; et, d'autre part, l'opposition au sein même des pays interventionnistes, où soldats et civils sympathisaient avec les révolutionnaires bolcheviks et le faisaient savoir au moyen de manifestations, de grèves et même de mutineries. Les troupes occidentales durent battre retraite et furent rapatriées sans gloire. Les équipes au pouvoir à Londres et à Paris durent se contenter de créer et de soutenir des États antisoviétiques et antirusses - principalement en Pologne et dans les pays baltes - le long de la frontière occidentale de l'ancien empire tsariste, érigeant ainsi un "cordon sanitaire" censé protéger l’Occident contre l’infection par le virus révolutionnaire bolchevique.

À Londres, à Paris et dans d'autres capitales d'Europe occidentale, les élites espéraient que l'expérience révolutionnaire en Union soviétique s'effondrerait toute seule, mais ce scénario ne s'est pas réalisé. Au contraire, à partir du début des années trente, lorsque la Grande Dépression a ravagé le monde capitaliste, l'Union soviétique a connu une sorte de révolution industrielle qui a permis à la population de bénéficier d'un progrès social considérable, et le pays est également devenu plus fort, non seulement sur le plan économique, mais aussi. militairement. En conséquence, le «système opposé» au capitalisme : le socialisme - et son idéologie communiste - apparut de plus en plus attrayants aux yeux des plébéiens de l’Occident, qui souffraient de plus en plus du chômage et de la misère. Dans ce contexte, l'Union soviétique s'affirmait comme une épine dans le pied des élites à Londres et à Paris. À l'inverse, Hitler, avec ses projets de croisade anti-soviétique, semblait de plus en plus utile et sympathique. En outre, les entreprises et les banques, notamment américaines, mais aussi britanniques et françaises, gaganaient beaucoup d’argent en aidant l’Allemagne nazie à se réarmer et en lui prêtant une grande partie de l’argent nécessaire. Dernier point, mais non le moindre, on pensait qu'encourager une croisade allemande à l'Est réduirait, voire éliminerait totalement le risque d'agression allemande contre l'Ouest. On comprend donc pourquoi les propositions de Moscou concernant une alliance défensive contre l’Allemagne nazie n’avaient pas séduit ces messieurs. Mais il y avait une raison pour laquelle ils ne pouvaient pas se permettre de rejeter ces propositions prématurément

Après la Grande Guerre, les élites des deux côtés de la Manche avaient été obligées d'introduire des réformes démocratiques assez ambitieuses, par exemple une extension considérable du droit de vote en Grande-Bretagne. Pour cette raison, il était devenu nécessaire de prendre en compte l'opinion des travaillistes, ainsi que d'autres parasites de gauche peuplant les législatures, et même parfois même de les inclure dans des gouvernements de coalition. L'opinion publique, et une partie considérable des médias, était extrêmement hostile à Hitler et donc fortement favorable à la proposition soviétique d'une alliance défensive contre l'Allemagne nazie. Les élites voulaient éviter une telle alliance, mais elles voulaient aussi donner l’impression d’en vouloir une; à l'inverse, les élites voulaient encourager Hitler à attaquer l'Union soviétique et même l'aider à le faire, mais elles devaient s'assurer que le public n'en soit jamais conscient. Ce dilemme a donné une trajectoire politique dont la fonction manifeste était de convaincre le public que les dirigeants saluaient la proposition soviétique d'un front commun anti-nazi, mais dont la fonction latente - autrement dit, réelle - était de soutenir les desseins anti-soviétiques de Hitler: La fameuse «politique d'apaisement», associée avant tout au nom du Premier ministre britannique Neville Chamberlain, et de son homologue français, Édouard Daladier.


 

Les partisans de l'apaisement sont entrés en action dès l'arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne en 1933 et ont commencé à se préparer à la guerre, une guerre contre l'Union soviétique. Déjà en 1935, Londres donna à Hitler une sorte de feu vert pour se réarmer en signant un traité naval avec lui. Hitler a ensuite violé toutes sortes de dispositions du Traité de Versailles, par exemple en rétablissant le service militaire obligatoire en Allemagne, en armant l’armée allemande jusqu'aux dents et, en 1937, en annexant l’Autriche. À chaque occasion, les hommes d'État de Londres et de Paris ont gémi et protesté pour faire bonne impression sur le public, mais ont fini par accepter le fait accompli. Le public a été amené à croire qu'une telle indulgence était nécessaire pour éviter la guerre. Cette excuse était efficace au début, car la majorité des Britanniques et des Français ne souhaitaient pas participer à une nouvelle édition de la grande guerre meurtrière de 1914-1918. D'un autre côté, il devint bientôt évident que l'apaisement rendait l'Allemagne nazie plus forte sur le plan militaire et rendait Hitler de plus en plus ambitieux et exigeant. En conséquence, le public a finalement estimé que le dictateur allemand avait fait suffisamment de concessions et que les Soviétiques, en la personne de Litvinov, ont alors présenté une proposition d'alliance anti-Hitler. Cela a provoqué des maux de tête pour les architectes de l'apaisement, à qui Hitler s'attendait à encore plus de concessions.

 

Grâce aux concessions déjà faites, l’Allemagne nazie devenait un Behemoth militaire et, en 1939, seul un front commun des puissances occidentales et des Soviétiques semblait pouvoir le contenir car, en cas de guerre, l’Allemagne devrait se battre sur deux fronts. Sous la pression de l'opinion publique, les dirigeants londoniens et parisiens ont décidé de négocier avec Moscou, mais il y avait une fausse note : l'Allemagne ne partageait pas de frontière avec l'Union soviétique, car la Pologne était prise en sandwich entre ces deux pays. Officiellement, du moins, la Pologne était un allié de la France. On pouvait donc s’attendre à ce qu’elle rejoigne une alliance défensive contre l’Allemagne nazie, mais le gouvernement de Varsovie était hostile à l’Union soviétique, un voisin considéré aussi menaçant que le nazisme. Allemagne. Il refusa obstinément de permettre à l'Armée rouge, en cas de guerre, de traverser le territoire polonais pour affronter les Allemands. Londres et Paris ont refusé de faire pression sur Varsovie et les négociations n'ont donc abouti à aucun accord.

 

Dans l'intervalle, Hitler avait formulé de nouvelles exigences, cette fois vis-à-vis de la Tchécoslovaquie. Lorsque Prague refusa de céder un territoire habité par une minorité germanophone connue sous le nom de Sudètes, la situation menaça de mener à la guerre. C’était en fait une occasion unique de conclure une alliance anti-Hitler avec l’Union soviétique et une Tchécoslovaquie militairement forte, en tant que partenaires des Britanniques et des Français : Hitler aurait dû choisir entre un désengagement humiliant et une défaite quasi certaine dans une guerre sur deux fronts. Mais cela signifiait également qu'Hitler ne pourrait jamais lancer sa croisade anti-soviétique. Or, les classes dirigeantes de Londres et de Paris en avaient très envie. C’est la raison pour laquelle Chamberlain et Daladier n’ont pas profité de la crise tchécoslovaque pour former un front commun anti-hitlérien avec les Soviétiques, mais se sont précipités en avion à Munich pour conclure avec le dictateur allemand un accord dans lequel les Sudètes, incluant la version tchécoslovaque de la ligne Maginot, furent offerts à Hitler sur un plateau d’argent. Le gouvernement tchécoslovaque, qui n'avait même pas été consulté, n'avait d'autre choix que de se soumettre et les Soviétiques, qui avaient offert une assistance militaire à Prague, n'étaient pas invités à cette infâme réunion.

 

 

Dans le «pacte» conclu avec Hitler à Munich, les hommes d'État britanniques et français ont consenti d'énormes concessions au dictateur allemand; pas pour maintenir la paix, mais pour pouvoir continuer à rêver d'une croisade nazie contre l'Union soviétique. Mais pour les peuples de leurs propres pays, l'accord a été présenté comme une solution des plus sensées à une crise qui risquait de déclencher une guerre générale. «Paix à notre époque!» Est ce que Chamberlain a proclamé triomphant à son retour en Angleterre. Il voulait dire la paix pour son propre pays et ses alliés, mais pas pour l'Union soviétique, dont il attendait avec impatience la destruction par les nazis.

En Grande-Bretagne, il y avait aussi des politiciens, y compris une poignée de membres de bonne foi de l'élite du pays, qui s'opposaient à la politique d'apaisement de Chamberlain, par exemple Winston Churchill. Ils ne l'ont pas fait par sympathie pour l'Union soviétique, mais ils ne faisaient pas confiance à Hitler et craignaient que l'apaisement ne soit contre-productif de deux manières. Premièrement, la conquête de l'Union soviétique fournirait à l'Allemagne nazie des matières premières pratiquement illimitées, y compris du pétrole, des terres fertiles et d'autres richesses, et permettrait ainsi au Reich d'établir sur le continent européen une hégémonie qui représenterait un plus grand danger pour la Grande-Bretagne que Napoléon avait jamais été. Deuxièmement, il était tout aussi possible que le pouvoir de l'Allemagne nazie et la faiblesse de l'Union soviétique aient été surestimés, de sorte que la croisade anti-soviétique d'Hitler puisse réellement produire une victoire soviétique, avec pour résultat une potentielle "bolchévisation" de l'Allemagne et peut-être toute l'Europe. C'est pourquoi Churchill s'est montré extrêmement critique à l'égard de l'accord conclu à Munich. Il aurait fait remarquer que Chamberlain, dans la capitale bavaroise, avait pu choisir entre le déshonneur et la guerre, qu'il avait choisi le déshonneur mais qu'il allait aussi avoir la guerre. Avec sa «paix dans notre temps», Chamberlain a en fait commis une erreur déplorable. À peine un an plus tard, en 1939, son pays allait être impliqué dans une guerre contre l’Allemagne nazie qui, grâce au scandaleux pacte de Munich, était devenue un ennemi encore plus redoutable.

 

 

Le principal facteur déterminant de l’échec des négociations entre le duo anglo-français et les Soviétiques avait été la réticence implicite des apaiseurs à conclure un accord anti-Hitler. Le refus du gouvernement de Varsovie d'autoriser la présence de troupes soviétiques sur le territoire polonais en cas de guerre contre l'Allemagne constituait un facteur auxiliaire. Cela fournit à Chamberlain et Daladier un prétexte pour ne pas conclure un accord avec les Soviétiques, prétexte nécessaire pour satisfaire l'opinion publique. (Mais d'autres excuses ont également été évoquées, par exemple la prétendue faiblesse de l'Armée rouge, qui aurait prétendument fait de l'Union soviétique un allié inutile.) En ce qui concerne le rôle joué par le gouvernement polonais dans ce drame, il existe de graves incompréhensions.

Voyons les de plus près.

 

Tout d'abord, il faut tenir compte du fait que la Pologne de l'entre-deux-guerres n'était pas un pays démocratique, loin de là. Après sa (re) naissance à la fin de la Première Guerre mondiale en tant que démocratie titulaire, il ne fallut pas longtemps avant que le pays se retrouve gouverné d'une main de fer par un dictateur militaire, le général Józef Pilsudski, au nom d'une élite hybride représentant l'aristocratie, l'église catholique et la bourgeoise. Ce régime non- et anti-démocratique a continué à gouverner après la mort du général en 1935, sous la direction des «colonels de Pilsudski», dont le "primus inter pares" était Jossel Beck, ministre des Affaires étrangères. Sa politique étrangère ne reflétait pas de sentiments très chaleureux envers l'Allemagne, qui avait perdu une partie de son territoire au profit du nouvel État polonais, y compris un «corridor» séparant la région allemande de Prusse-Orientale du reste du Reich; Il y avait aussi des frictions avec Berlin en raison de l'important port de Gdansk (Dantzig) sur la mer Baltique, déclaré ville autonome par le Traité de Versailles, mais revendiqué par la Pologne et l'Allemagne.

 

 

L’attitude de la Pologne à l’égard de son voisin oriental, l’Union soviétique, était encore plus hostile. Pilsudski et d’autres nationalistes polonais rêvaient du retour du grand empire polono-lituanien des XVIIe et XVIIIe siècles, qui s’était étendu de la Baltique à la mer Noire. Et il avait profité de la révolution et de la guerre civile qui s'ensuivit en Russie pour s'emparer d'un vaste territoire de l'ancien empire tsariste pendant la guerre russo-polonaise de 1919-1921. Ce territoire, connu assez faussement comme «Pologne orientale», s'étendait sur plusieurs centaines de kilomètres à l’est de la célèbre ligne Curzon qui aurait dû être la frontière orientale du nouvel État polonais, du moins selon les puissances occidentales été les parrains de la nouvelle Pologne à la fin de la Grande Guerre. La région était essentiellement peuplée de Russes blancs et d'Ukrainiens, mais les années suivantes, Varsovie devait la "poloniser" autant que possible en faisant venir des colons polonais. Les hostilités de la Pologne à l'égard de l'Union soviétique ont également été attisées par le fait que les Soviétiques sympathisaient avec les communistes et les autres plébéiens qui s'opposaient au régime patricien en Pologne même. Enfin, l'élite polonaise était antisémite et avait adopté le concept de judéo-bolchevisme, l'idée que le communisme et toutes les autres formes de marxisme faisaient partie d'un complot juif néfaste, et que l'Union soviétique, le produit d'un bolchevik et donc régime révolutionnaire soi-disant juif, n’était rien d’autre que «la Russie dirigée par les Juifs». Néanmoins, sous Pilsudski, les relations avec les deux voisins puissants se sont normalisées autant que possible par la conclusion de deux traités de non-agression, l’un avec l’Union soviétique en 1932 et un avec l'Allemagne peu après l'arrivée au pouvoir d'Hitler, notamment en 1934.

 

Hitler assistant à un hommage funéraire de Pilsudski

 

Après la mort de Pilsudski, les dirigeants polonais ont continué à rêver d'une expansion territoriale jusqu'aux frontières de la Grande Pologne, confins quasi mythiques d'un passé lointain. Pour réaliser ce rêve, de nombreuses possibilités semblaient exister à l'est, et en particulier en Ukraine, dans une partie de l'Union soviétique qui s'étendait de manière invitante entre la Pologne et la mer Noire. En dépit de différends avec l'Allemagne et d'une alliance formelle avec la France, qui comptait sur l'aide de la Pologne en cas de conflit avec l'Allemagne, Pilsudski lui-même, puis ses successeurs, ont flirté avec le régime nazi dans l'espoir d'une conquête conjointe des territoires soviétiques. L'antisémitisme était un autre dénominateur commun de deux régimes qui avaient mis au point des stratagèmes visant à se débarrasser de leurs minorités juives, par exemple via leur déportation en Afrique.

 

Le rapprochement de Varsovie avec Berlin reflétait la mégalomanie et la naïveté des dirigeants polonais, qui estimaient que leur pays était une grande puissance du même calibre que l’Allemagne, une puissance que Berlin respecterait et traiterait comme un partenaire à part entière. Les nazis ont allumé cette illusion, car ils ont ainsi affaibli l'alliance entre la Pologne et la France. Les ambitions orientales de la Pologne ont également été encouragées par le Vatican, qui s’attendait à des dividendes considérables des conquêtes de la Pologne catholique dans une Ukraine essentiellement orthodoxe, considérée comme mûre pour une conversion au catholicisme. C'est dans ce contexte qu'un nouveau mythe a été évoqué par la machine de propagande de Goebbels en collaboration avec la Pologne et le Vatican, à savoir la fiction d'une famine orchestrée par Moscou en Ukraine; L'idée était de pouvoir y présenter les futures interventions armées polonaises et allemandes comme une action humanitaire. Ce mythe devait être ressuscité pendant la guerre froide et devenir le mythe de la création de l'État ukrainien indépendant issu des ruines de l'Union soviétique. (Pour une vue objective de cette famine, nous renvoyons aux nombreux articles de l'historien américain Mark Tauger, expert en histoire de l'agriculture soviétique; ils ont été publiés ensemble dans une édition française, Famine et transformation agricole en URSS.)

 

 

 

La connaissance de ce contexte nous permet de comprendre l’attitude du gouvernement polonais à l’époque des négociations pour un front de défense commun contre l’Allemagne nazie. Varsovie a entravé ces négociations, non par peur de l'Union soviétique, mais au contraire à cause des aspirations antisoviétiques et de son rapprochement concomitant avec l'Allemagne nazie. À cet égard, l'élite polonaise s'est retrouvée sur la même longueur d'onde que ses homologues britanniques et français. On peut donc aussi comprendre pourquoi, après la conclusion de l'accord de Munich, qui a permis à l'Allemagne nazie d'annexer la région des Sudètes, la Pologne s'est emparée d'un morceau du butin territorial tchécoslovaque, à savoir la ville de Teschen et ses environs. En descendant "comme une hyène" dans cette partie de la Tchécoslovaquie, comme l'a fait remarquer Churchill, le régime polonais a révélé ses véritables intentions - et sa complicité avec Hitler.

Les concessions faites par les architectes de l'apaisement ont rendu l'Allemagne nazie plus forte que jamais et ont rendu Hitler encore plus confiant, arrogant et exigeant. Après Munich, il s'avéra qu'il était loin d'être rassasié et, en mars 1939, il viola allègrement l'accord de Munich en occupant le reste de la Tchécoslovaquie. En France et en Grande-Bretagne, le public fut choqué, mais les élites dirigeantes se contentèrent d'exprimer l'espoir que «M. Hitler» finira par devenir «raisonnable», c'est-à-dire qu'il commence sa guerre contre l'Union soviétique. Hitler avait toujours eu l'intention de le faire, mais, avant de se laisser aller aux apaisements britannique et français, il voulait leur extorquer d'autres concessions. Après tout, rien ne semblait pouvoir leur être refusé. En outre, après avoir rendu l'Allemagne beaucoup plus forte grâce à leurs concessions antérieures, étaient-ils en mesure de lui refuser la petite faveur sans doute définitive qu'il avait demandée? Cette dernière petite faveur concernait la Pologne.

Vers la fin de mars 1939, Hitler exigea soudainement Gdansk ainsi que le territoire polonais situé entre la Prusse orientale et le reste de l’Allemagne. À Londres, Chamberlain et ses compagnons apaisants étaient en fait enclins à céder à nouveau, mais la protestation émanant des médias et de la Chambre des communes s'est révéla trop forte pour que cela se produise. Chamberlain a alors soudainement changé de cap et le 31 mars, il a officiellement - mais de manière totalement irréaliste, comme l'a fait remarquer Churchill - promis une assistance armée à Varsovie en cas d'agression allemande contre la Pologne. En avril 1939, lorsque les sondages d'opinion révélèrent ce que tout le monde savait déjà, à savoir que près de 90% de la population britannique souhaitait une alliance anti-Hitler aux côtés de l'Union soviétique et de la France, Chamberlain se vit obligé de manifester officiellement son intérêt pour la proposition soviétique de discussions sur la «sécurité collective» face à la menace nazie.

 

 

En réalité, les partisans de l'apaisement n'étaient toujours pas intéressés par la proposition soviétique et ils imaginaient toutes sortes de prétextes pour éviter de conclure un accord avec un pays qu'ils méprisaient et contre un pays avec lequel ils sympathisaient secrètement. Ce n'est qu'en juillet 1939 qu'ils se sont déclarés prêts à entamer des négociations militaires et ce n'est qu'au début d'août qu'une délégation franco-britannique a été envoyée à Léningrad à cette fin. Chamberlain lui-même (accompagné de Daladier) s'était précipité par avion à Munich, une équipe de sous-marins anonymes a été embarquée vers l'Union soviétique à bord d'un cargo léger. De plus, quand, après avoir traversé Léningrad, ils sont finalement arrivés à Moscou le 11 août, il s'est avéré qu'ils ne possédaient pas les pouvoirs ni l'autorité requis pour de telles discussions. À cette époque, les Soviétiques en avaient assez et on comprend pourquoi ils ont interrompu les négociations.

 

Entre-temps, Berlin avait discrètement lancé un rapprochement avec Moscou.

Pourquoi ?

 

Hitler se sentit trahi par Londres et Paris, qui avaient auparavant fait toutes sortes de concessions, mais lui refusaient maintenant la bagatelle de Gdansk et se rangeaient du côté de la Pologne, faisant ainsi face à la perspective d'une guerre contre la Pologne, qui refusait de le laisser posséder Gdansk, et contre le Duo franco-britannique. Pour pouvoir gagner cette guerre, le dictateur allemand avait besoin de la neutralité de l'Union soviétique et, pour cela, il était prêt à payer le prix fort. Du point de vue de Moscou, l’ouverture de Berlin contrastait nettement avec l’attitude des apaisants occidentaux, qui exigeaient que les Soviétiques fassent des promesses contraignantes d’assistance, mais sans offrir de contrepartie significative. Ce qui avait commencé entre l’Allemagne et l’Union soviétique en mai sous la forme de discussions informelles dans le cadre de négociations commerciales sans grande importance et dans lesquelles les Soviétiques n’avaient au départ pas montré d’intérêt s’est finalement transformé en un dialogue sérieux entre les ambassadeurs des deux pays et même les ministres des Affaires étrangères. , à savoir Joachim von Ribbentrop et Vyacheslav Molotov - ce dernier ayant remplacé Litvinov.

Un facteur qui a joué un rôle secondaire mais qui ne devrait cependant pas être sous-estimé est le fait qu'au printemps 1939, des troupes japonaises basées dans le nord de la Chine avaient envahi le territoire soviétique en Extrême-Orient. En août, ils seraient vaincus et repoussés, mais cette menace japonaise faisait craindre à Moscou de devoir mener une guerre sur deux fronts, à moins de trouver un moyen d'éliminer la menace émanant de l'Allemagne nazie. Les ouvertures de Berlin ont offert à Moscou un moyen de neutraliser cette menace, reflétant son propre désir d'éviter une guerre sur deux fronts.

Ce n’est cependant qu’en août que les dirigeants soviétiques ont compris que les Britanniques et les Français n’étaient pas encore arrivés à mener des négociations de bonne foi, que le nœud avait été coupé et que l’Union soviétique avait signé un pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie, à savoir: Le 23 août, cet accord porte le nom de pacte Ribbentrop-Molotov, du nom des ministres des affaires étrangères, mais devait également être connu sous le nom de pacte Hitler-Staline. La conclusion d’un tel accord n’était guère une surprise: un certain nombre de dirigeants politiques et militaires britanniques ainsi que la France avaient prédit à plusieurs reprises que la politique d’apaisement de Chamberlain et de Daladier entraînerait Staline «dans les bras de Hitler. ”

 

 

"Dans les bras" est en fait une expression inappropriée dans ce contexte. Le pacte ne reflétait certainement pas des sentiments chaleureux entre les signataires. Staline a même rejeté une suggestion visant à inclure dans le texte quelques lignes conventionnelles sur une hypothétique amitié entre les deux peuples. En outre, l'accord n'était pas une alliance, mais simplement un pacte de non-agression. En tant que tel, il ressemblait à un certain nombre d'autres pactes de non-agression signés précédemment avec Hitler, par exemple la Pologne en 1934. Il s'agissait de la promesse de ne pas s'attaquer mais de maintenir des relations pacifiques. Chaque partie était susceptible de s'y tenir aussi longtemps qu'elle le jugerait opportun. Une clause secrète était jointe à l’accord concernant la délimitation des sphères d’influence en Europe de l’Est pour chacun des signataires. Cette ligne correspondait plus ou moins à la ligne Curzon, de sorte que la «Pologne orientale» se retrouvait dans la sphère soviétique. La signification concrète de cet arrangement théorique était loin d'être claire, mais le pacte n'entraînait certainement pas une partition ou une amputation territoriale de la Pologne comparable au sort imposé à la Tchécoslovaquie par les Britanniques et les Français dans le pacte qu'ils avaient signé avec Hitler Munich.

Le fait que l'Union soviétique ait revendiqué une sphère d'influence au-delà de ses frontières est parfois décrit comme une preuve d'intentions sinistres et expansionnistes; Toutefois, l’établissement de sphères d’influence, unilatérales, bilatérales ou multilatérales, était depuis longtemps une pratique largement acceptée parmi les grandes et moins grandes puissances et visait souvent à éviter les conflits. La doctrine Monroe (1), par exemple, qui "affirmait que le nouveau monde et le vieux monde allaient rester des sphères d'influence distinctes" (Wikipedia), était censée empêcher les nouvelles entreprises coloniales transatlantiques des puissances européennes qui auraient pu les mettre en conflit avec les États-Unis. États Unis. De même, lorsque Churchill se rendit à Moscou en 1944 et proposa à Staline de scinder la péninsule balkanique dans des sphères d'influence, son intention était d'éviter un conflit entre leurs pays respectifs après la fin de la guerre contre l'Allemagne nazie.

(1) NdT :  remise au goût du jour par Trump

 

Hitler pouvait maintenant attaquer la Pologne sans courir le risque de devoir mener une guerre simultanée contre l'Union soviétique et le duo franco-britannique, mais le dictateur allemand avait de bonnes raisons de douter que Londres et Paris déclarent la guerre. Sans l'aide soviétique, il était clair qu'aucun concours efficace ne pourrait être offert à la Pologne, de sorte que l'Allemagne ne tarderait pas à vaincre le pays. (Seuls les colonels de Varsovie pensaient que la Pologne était capable de résister à l'assaut des puissantes hordes nazies.) Hitler savait trop bien que les architectes de l'apaisement continuaient à espérer que, tôt ou tard, il réaliserait leur souhait le plus cher et détruirait l'Union soviétique, de sorte qu'ils étaient disposés à fermer les yeux sur son agression contre la Pologne. Et il était également convaincu que les Britanniques et les Français, même s'ils déclaraient la guerre à l'Allemagne, n'attaqueraient pas à l'ouest.

 

 

L'attaque allemande contre la Pologne a été lancée le 1er septembre 1939. Londres et Paris hésitaient encore quelques jours avant de réagir par une déclaration de guerre contre l'Allemagne nazie. Mais ils n’ont pas attaqué le Reich alors que la majeure partie de ses forces armées envahissaient la Pologne, comme le craignaient certains généraux allemands. En fait, les protagonistes de l'apaisement n'ont déclaré la guerre à Hitler que parce que l'opinion publique l'exigeait. En secret, ils espéraient que la Pologne serait bientôt de l'histoire ancienne, afin que «M. Hitler» puisse enfin porter son attention sur l'Union soviétique. La guerre qu’ils menaient n’était qu’une «guerre factice», comme on l’appellera à juste titre, une charade dans laquelle leurs troupes, qui auraient pratiquement pu pénétrer en Allemagne, restaient inactivement enfermées derrière la Ligne Maginot. Il est maintenant presque certain que les sympathisants hitlériens du camp des Français et peut-être aussi ceux du Royaume-Uni avaient fait savoir au dictateur allemand qu’il pouvait utiliser toute sa puissance militaire pour achever la Pologne sans craindre une attaque de la part du monde occidental. pouvoirs. (Nous nous référons aux livres d’Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930 et De Munich à Vichy. L’assassinat de la 3e République.)

Les défenseurs polonais ont été submergés et il est rapidement devenu évident que les colonels qui dirigeaient le pays devraient se rendre. Hitler avait toutes les raisons de croire qu’il le ferait, et ses conditions auraient sans aucun doute entraîné d’importantes pertes territoriales pour la Pologne, en particulier, bien sûr, dans les régions occidentales du pays, à la frontière de l’Allemagne. Néanmoins, une Pologne tronquée aurait très probablement continué d'exister, tout comme après la capitulation de juin 1940, il serait permis à la France de continuer à exister sous l'apparence de Vichy-France. Le 17 septembre, cependant, le gouvernement polonais s'est soudainement enfui vers la Roumanie voisine, un pays neutre. Ce faisant, il a cessé d'exister car, selon le droit international, non seulement le personnel militaire, mais également les membres du gouvernement d'un pays en guerre, doivent être internés dès leur entrée dans un pays neutre pendant la durée des hostilités. C'était un acte irresponsable et même lâche, avec des conséquences néfastes pour le pays. Sans gouvernement, la Pologne a effectivement dégénéré en une sorte de no man’s land - un terra nullius, pour utiliser une terminologie juridique - dans laquelle les Allemands conquérants pouvaient faire ce qu’ils voulaient, car il n’y avait personne avec qui négocier pour savoir le sort du pays battu.

 

 

Cette situation donna également aux Soviétiques le droit d'intervenir. Les pays voisins peuvent occuper une terra nullius potentiellement anarchique; de plus, si les Soviétiques n'intervenaient pas, les Allemands auraient sans aucun doute occupé chaque centimètre carré de la Pologne, avec toutes les conséquences que cela aurait entraîné. C'est pourquoi, le 17 septembre 1939, l'Armée rouge passa en Pologne et commença à occuper l'est du pays, la «Pologne orientale» susmentionnée. Le conflit avec les Allemands fut évité car ce territoire appartenait à la sphère soviétique. d'influence établie dans le pacte Ribbentrop-Molotov. Ici et là, les troupes allemandes qui avaient pénétré à l'est de la ligne de démarcation ont dû se retirer pour laisser la place aux hommes de l'Armée rouge. Partout où ils ont pris contact, les forces armées allemandes et soviétiques se sont bien comportées et ont respecté le protocole traditionnel. Cela impliquait parfois une sorte de cérémonie, mais il n'y avait jamais de «défilé de victoire» commun.

Parce que leur gouvernement était parti en fumée, les forces armées polonaises qui continuaient à opposer une résistance étaient sans doute aussi dégradées que des irréguliers, des partisans exposés à tous les risques associés à ce rôle. La plupart des unités de l'armée polonaise se sont laissées désarmer et interner par l'arrivée de l'Armée rouge, mais la résistance a parfois été opposée, par exemple par des troupes commandées par des officiers hostiles aux Soviétiques. Nombre de ces officiers avaient servi dans la guerre russo-polonaise de 1919-1921 et auraient commis des crimes de guerre, tels que l'exécution de prisonniers de guerre. Il est largement admis que de tels hommes ont ensuite été liquidés par les Soviétiques à Katyn et ailleurs. (Bien que des doutes aient récemment été exprimés à propos de Katyn, ce thème a été analysé en détail dans un livre de Grover Furr, Le mystère du massacre de Katyn.)

De nombreux soldats et officiers polonais ont été internés par les Soviétiques conformément aux règles du droit international. En 1941, après que l'Union soviétique soit devenue impliquée dans la guerre et qu'elle ne soit donc plus soumise à des règles régissant la conduite des neutres, ces hommes ont été transférés en Grande-Bretagne (via l'Iran) pour reprendre le combat contre l'Allemagne nazie aux côtés de l'Occident. alliés. Entre 1943 et 1945, ils apporteraient une contribution majeure à la libération d'une partie considérable de l'Europe occidentale (un sort beaucoup plus tragique pour les militaires polonais tombés aux mains des Allemands). Parmi les bénéficiaires de l’occupation des territoires de l’est de la Pologne par les Soviétiques figuraient également les habitants juifs. Ils ont été transférés à l'intérieur de l'Union soviétique et ont ainsi échappé au sort qui les attendait s'ils avaient été dans leur pays quand les Allemands sont arrivés en tant que conquérants en 1941. Beaucoup d'entre eux ont survécu à la guerre et devaient commencer un nouveau la vie après aux États-Unis, le Canada et, bien sûr, Israël.

 

L’occupation de la «Pologne orientale» s’est déroulée correctement, c’est-à-dire conformément aux règles du droit international, de sorte que cette action ne constitue pas une «attaque» contre la Pologne, comme cela a été trop souvent exposé par des historiens (et hommes politiques) anticommunistes, et certainement pas une attaque en collaboration avec un «allié» germano-allemand. L’Union soviétique n’est pas devenue un allié de l’Allemagne nazie (2) en concluant un pacte de non-agression avec elle, ni en tant qu’alliée du fait de son occupation de Pologne.»Hitler devait tolérer cette occupation, mais il aurait certainement préféré que les Soviétiques n'interviennent pas du tout, afin de pouvoir s'emparer de toute la Pologne. En Angleterre, Churchill a publiquement approuvé l’initiative soviétique du 17 septembre, précisément parce qu’elle empêchait les nazis de conquérir la Pologne dans sa totalité. Le fait que cette initiative ne constitue pas une attaque, et donc pas un acte de guerre contre la Pologne, ressort clairement du fait que la Grande-Bretagne et la France, alliées officielles de la Pologne, n'ont pas déclaré la guerre à l'Union soviétique, sans quoi elles ne le feraient certainement pas. ai fait. Et la Société des Nations n'a pas imposé de sanctions à l'Union soviétique. C'est ce qui se serait passé si elle considérait cela comme une attaque authentique contre l'un de ses membres.

(2) NdT : contrairement à ce qui est aujourd'hui enseigné en France !

 

Du point de vue soviétique, l’occupation des étendues orientales de la Pologne signifiait la récupération d’une partie de son propre territoire, perdu à cause du conflit russo-polonais de 1919-1921. Il est vrai que Moscou avait reconnu cette perte dans le traité de paix de Riga qui mettait fin à cette guerre en mars 1921, mais Moscou continuait de chercher une occasion de récupérer la «Pologne orientale» et, en 1939, cette opportunité se concrétisa et fut saisie. On peut stigmatiser les Soviétiques pour cela, mais dans ce cas il faut aussi stigmatiser les Français, par exemple, pour avoir récupéré l'Alsace-Lorraine à la fin de la Première Guerre mondiale, puisque Paris avait reconnu la perte de ce territoire dans le Traité de paix de Francfort qui avait mis fin à la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

Plus important encore est le fait que l'occupation - ou la libération, ou le rétablissement, la récupération, ou ce que l'on pourrait appeler cela - la "Pologne orientale" a fourni à l'Union soviétique un atout extrêmement utile qui, dans le jargon de l'architecture militaire, est: appelé «glacis», c’est-à-dire un espace dégagé qu'un attaquant doit traverser avant d’atteindre le périmètre défensif d’une ville ou d’une forteresse. Staline savait que, quel que soit le pacte, Hitler attaquerait tôt ou tard l'Union soviétique, attaque qui aurait lieu en juin 1941. À ce moment-là, l'hôte de Hitler devrait lancer son attaque à partir d'un point de départ beaucoup plus éloigné. des villes importantes du centre de l’Union soviétique qu’il aurait été le cas en 1939, alors qu’il avait déjà hâte de lancer cette attaque. En raison de ce pacte, les bases de l'offensive nazie de 1941 se situaient à plusieurs centaines de kilomètres plus à l'ouest et étaient donc beaucoup plus éloignées des objectifs stratégiques au plus profond de l'Union soviétique. En 1941, les forces allemandes arriveraient à un jet de pierre de Moscou. Cela signifie que, sans le pacte, ils auraient certainement pris la ville, ce qui aurait pu amener les Soviétiques à capituler.

Jean Levy raconte : le pacte germano-soviétique, tel que vécu par les communistes de France...

Grâce au pacte Ribbentrop-Molotov, l'Union soviétique a non seulement gagné un espace précieux, mais également un temps précieux, à savoir le temps supplémentaire nécessaire pour se préparer à une attaque allemande initialement prévue pour 1939 mais qui devait être reportée à 1941. Entre 1939 et 1941, des infrastructures très importantes, surtout des usines produisant toutes sortes de matériels de guerre, ont été transférées de l'autre côté de l'Oural. De plus, en 1939 et 1940, les Soviétiques ont eu l'occasion d'observer et d'étudier la guerre qui a sévi en Pologne, en Europe occidentale et ailleurs, et ainsi de tirer des enseignements précieux sur le style offensif moderne, motorisé et ultra-rapide de l'Allemagne. guerre, la Blitzkrieg. Les stratèges soviétiques ont appris, par exemple, que la concentration de la majeure partie des forces armées à des fins défensives à la frontière serait fatale et que seule une «défense en profondeur» offrait la possibilité d’arrêter le rouleau compresseur nazi. Ce serait, entre autres, grâce aux leçons tirées de cette manière que l'Union soviétique parviendrait - avec certes de grandes difficultés - à survivre à l'attaque nazie de 1941 et finalement à gagner la guerre contre ce puissant ennemi.
Pour permettre de défendre Leningrad en profondeur, une ville dotée d’industries d’armement essentielles, l’Union soviétique a proposé à la Finlande voisine à l’automne 1939 d’échanger des territoires, ce qui aurait déplacé la frontière entre les deux pays plus loin de la ville. . La Finlande, alliée de l'Allemagne nazie, a refusé, mais via la «guerre d'hiver» de 1939-1940, Moscou a finalement réussi à réaliser cette modification de la frontière. À cause de ce conflit, qui constituait une agression, l'Union soviétique a été excommuniée par la Société des Nations. En 1941, lorsque les Allemands attaquèrent l'Union soviétique, aidés par les Finlandais, et assiégèrent Leningrad pendant de nombreuses années, cet ajustement de la frontière permettrait à la ville de survivre à cette épreuve.

Ce ne sont pas les Soviétiques, mais les Allemands qui ont pris l'initiative des négociations (3) qui ont finalement abouti au pacte. Ils l’ont fait parce qu’ils espéraient en tirer un avantage, un avantage temporaire mais très important, à savoir la neutralité de l’Union soviétique alors que la Wehrmacht attaquait d’abord la Pologne, puis l’Europe occidentale. Mais l'Allemagne nazie a également tiré un avantage supplémentaire de l'accord commercial associé au pacte. Le Reich souffrait d'une pénurie chronique de toutes sortes de matières premières stratégiques, et cette situation menaçait de devenir catastrophique lorsqu'une déclaration de guerre britannique, comme il fallait s'y attendre, allait conduire à un blocus de l'Allemagne par la Royal Navy. Ce problème a été neutralisé par la livraison de produits tels que le pétrole par les Soviétiques, stipulés dans l'accord. Il n’est pas clair à quel point ces livraisons ont été cruciales, en particulier les livraisons de pétrole: pas très important, selon certains historiens; extrêmement important, selon d'autres. Néanmoins, l’Allemagne nazie a continué de dépendre dans une large mesure du pétrole importé des États-Unis, principalement par l’intermédiaire de ports espagnols, du moins jusqu’à ce que l’Oncle Sam entre en guerre en décembre 1941. Au cours de l’été 1941, des dizaines de milliers Les chars, camions et autres engins de guerre impliqués dans l'invasion de l'Union soviétique étaient encore largement tributaires du carburant fourni par les trusts pétroliers américains.

 

(3) NdT :  également exaspérés par les atermoiements de Chamberlain à conclure un accord anglo-allemand réciproque

 

 

Alors que l’importance du pétrole fourni par l’Union soviétique à l’Allemagne nazie est incertaine, il est certain que le pacte obligeait la partie allemande à faire de même en fournissant aux Soviétiques des produits industriels finis, y compris du matériel militaire ultramoderne, qui ont été utilisés par l’Armée rouge d’améliorer ses défenses contre une attaque allemande attendue tôt ou tard. C'était une source de préoccupation majeure pour Hitler, qui souhaitait dès lors lancer sa croisade anti-soviétique le plus rapidement possible. Il décida de le faire même si, après la chute de la France, la Grande-Bretagne était loin d'être comptée. Par conséquent, en 1941, le dictateur allemand devrait mener le genre de guerre qu’il espérait éviter en 1939 grâce à son pacte avec Moscou, et il ferait face à un ennemi soviétique devenu beaucoup plus puissant que lui. en 1939.

 

Staline a signé un pacte avec Hitler par ce que les architectes de l'apaisement à Londres et à Paris ont rejeté toutes les offres soviétiques pour former un front commun contre Hitler. Et les apaisants ont refusé ces offres parce qu'ils espéraient qu'Hitler marcherait vers l'est et détruirait l'Union soviétique, tâche qu'ils cherchaient à faciliter en lui offrant un "tremplin" sous couvert de territoire tchécoslovaque. Il est pratiquement certain que, sans le pacte, Hitler aurait attaqué l'Union soviétique en 1939. Cependant, à cause de ce pacte, Hitler a dû attendre deux ans avant de pouvoir lancer sa croisade anti-soviétique. Cela donna à l'Union soviétique le temps et l'espace supplémentaires lui permettant d'améliorer ses défenses de manière à pouvoir survivre à l'attaque quand Hitler envoya finalement ses chiens de guerre à l'Est en 1941. L'Armée rouge subit des pertes terribles mais parvint finalement à arrêter le Mastodonte nazi. Sans ce succès soviétique, un accomplissement décrit par l'historien Geoffrey Roberts comme «le plus grand fait d'armes de l'histoire du monde» (4), l'Allemagne aurait très probablement gagné la guerre, car elle aurait pris le contrôle des champs pétrolifères du Caucase, des riches terres agricoles de l’Ukraine et de nombreuses autres richesses de la vaste contrée des Soviets. Un tel triomphe aurait transformé l’Allemagne nazie en une superpuissance impensable, capable de mener même des guerres à long terme contre quiconque, y compris une alliance anglo-américaine. Une victoire sur l'Union soviétique aurait donné à l'Allemagne nazie l'hégémonie sur l'Europe. Aujourd'hui, sur le continent, la deuxième langue ne serait pas l'anglais, mais l'allemand, et à Paris, les fashionistas se promèneraient dans les Champs-Élysées à Lederhosen.

(4) Voir ses contributions sur le site

 

Sans le pacte, la libération de l'Europe, y compris celle de l'Europe occidentale par les Américains, les Britanniques, les Canadiens, etc., n'aurait jamais eu lieu. La Pologne n'existerait pas; les Polonais seraient des Untermenschen, des serfs de colons «aryens» dans un Ostland germanisé s'étendant de la Baltique aux Carpates ou même à l'Oural. Et un gouvernement polonais n'aurait jamais ordonné la destruction de monuments honorant l'Armée rouge, comme il l'a fait récemment, non seulement parce qu'il n'y aurait pas eu de Pologne et donc pas de gouvernement polonais, mais parce que l'Armée rouge n'aurait jamais libéré la Pologne et ces pays. les monuments n'auraient jamais été érigés.

 

L'idée que le pacte Hitler-Staline a déclenché la Seconde Guerre mondiale est pire qu'un mythe, c'est un mensonge absolu. Le contraire est vrai: le pacte était une condition préalable à la bonne issue de l'Armageddon de 1939-1945, c'est-à-dire à la défaite de l'Allemagne nazie.

 

Jacques R. Pauwels

 

Tag(s) : #Jacques Pauwels, #Pologne, #U.R.S.S., #pacte germano-soviétique, #Histoire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :