"la France est actuellement la risée du monde."

© Gonzalo Fuentes Source: Reuters

À défaut de pouvoir le faire dans l'hémicycle, c'est devant le parvis de l'Assemblée Nationale, parmi les gueux en jacquerie, affrontant les lumpenprolétaires casqués de Castagneur, que Jean Lassalle comme à son habitude n'a pas mâché ses mots ni masqué son franc et chantant parler régional pour fustiger la dernière forfaiture régalienne de Macron :

«La cause vénézuélienne est louable mais comment se fait-il qu’Emmanuel Macron y joue les moralisateurs alors que son pays est occupé par les Gilets jaunes ? En agissant ainsi il tend le bâton pour se faire battre alors que la France est actuellement la risée du monde.»

C'est ce que le baryton (lyrique) des alpages proclamait aussi sur touitteur, à l'usage des zombies smartefonizés dont le rapport au monde se limite aux quelques pouces de leds en couche mince sur fond de terres rares pillées dans les sous-sols ravagés du continent africain, et qu'ils triturent compulsivement de leur seul membre encore fonctionnel : le pouce.

Sur le même "réseau", le jupiter des "couguars" émoustillées et des tradeurs frétillants avait en effet annoncé peu avant qu'il s'alignait docilement, une fois de plus, sur la politique de la canonnière étasunienne, avec un empressement et une servilité redoublés.

Pour mieux informer le jugement qu'on peut raisonnablement porter sur ce spectacle, il semble opportun et instructif de rapprocher cette brillante "sortie" de notre sympathique et éminent chantre de la tradition folklorique (dans le "débat" politique national), du regard que portent sur ces mêmes questions d'actualité les intellectuels issus de notre ex-empire colonial. Ils sont historiquement et objectivement bien placés pour donner un point de vue raisonné et compétent qui "curieusement" rejoint plutôt celui de Jean Lassalle que celui de notre "presse indépendante", de nos "intellectuels d'influence" et autres élites dirigeantes...
Comme en écho des déclarations de Lassalle la veille, RFI ce matin donnait la parole à des "post-colonisés" qui ont parfaitement tiré les leçons de leur histoire et jugent avec beaucoup de pertinence et de lucidité l'imposture mondialisée promue chez nous par Macron et autres "sauveteurs de la Planète":

Le droit d'ingérence occidental (et parfaitement univoque) , au Venezuela et ailleurs, observé ici du point de vue de ses "heureux bénéficiaires" de nos "ex-colonies" francophones, intellectuels et universitaires fort peu soupçonnables de bolchévisme ou de complotisme populiste...  au micro d'Alain Foka sur RFI. Remarquable à tous points de vue.

première partie (16 minutes)

deuxième partie ( 22 minutes)

 

Par comparaison "dialectique" avec cette doxa africaine "primitive", digne du "monde d'avant", pour illustrer la "pensée complexe" désormais adoptée unanimement par notre classe dirigeante, et pour enfin divertir notre fidèle public,

nous lui recommandons
ce petit rappel "cirquesque" (selon Castagneur lui-même) de la nouvelle version du cogito adapté au monde nouveau,
par
Christophe Castagneur :

"Si le ridicule ne tue pas,
[alors] moi,  je pense"

Une formulation troublante du "Penser printemps" par un de ses sectateurs zélés ... puisqu'elle avait été proclamée en réponse à une protestation/performance de Jean Lassalle qui l’admonestait déjà assez vertement, ainsi que son sémillant con-disciple et président de séance (Richard Fait-Rien) :

Depuis lors, cette (trop) subtile vulgarisation de la pensée complexe de Christophe Castagneur a été heureusement clarifiée par la suite des événements...
La cuistrerie cynique que dénotait jusqu'ici le comportement public de ce "noyau dur" n'est désormais plus un obstacle à la diffusion "urbi et orbi" de la "Voix de son maître" par la presse de révérence. Spectaculairement accrédité par l'alignement Macronique et Merkelien sur la politique "d'ingérence humanitaire" de Trump (à grand renfort de "changement de régime à coups de bombes et de coups d’État"), le vieux "stéréotype" de veulerie servile à l'égard des puissants n'est plus motif à freiner l'enthousiasme d'une presse et d'une "intelligentsia" dument stipendiées à cette fin.
La pensée complexe (du printemps) va donc pouvoir se remettre "en marche" pour répandre et prodiguer ses subtils bienfaits, maintenant que son indispensable primat épistémologique du "le ridicule ne tue pas" a été dument con-su et affirmé par Maître Castagneur, et que la doctrine du
Big Stick est devenue celle de tout l’humanitaire occidental civilisé...

Viktor Yugov

 

 

Tag(s) : #géopolitique, #venezuela, #afrique, #gilets jaunes, #jean lassalle, #viktor yugov

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :