Le gilet jaune qui se pèle ce matin au rond point n'aura sans doute pas été très réconforté par le numéro de tragédien de patronage que lui a servi hier soir le premier de cordée en train de dévisser. Certains commentateurs ( notamment les collègues gourmés de Charline "V" sur France inter ) pourtant ordinairement bienveillants à l'égard du premier fondé de pouvoir de nos bancocrates, ont salué chez ce dernier la tentative, selon eux louable, de "faire du Zola".

Par conséquent, nous avons jugé utile de proposer à son fidèle "homme de main", Christophe Castaner, ci-devant vertical des cognes et des barbouzes ( style relâché pour accommoder le nouveau style "populiste" ) un scenario et un casting mieux adaptés à la période et au goût du jour, pour vendre son action éminente à la tête des services intérieurs de l'appareil d’État. Chacun aura noté en effet l'inflexion "spectaculaire" déjà en germe dans la promotion Benalla; et nul ne s'étonnera donc qu'en succédant à un vieux de la vieille un peu chafouin, Castagnette comme on l'appelle désormais place Beauvau, ait jugé bon de redonner un peu de clinquant à l'action de maintien de l'ordre et de la sécurité intérieure. Mais comme il a complètement foiré son "lancement", nous lui proposons de s'inspirer du patrimoine national et lui avons sélectionné un produit assez proche de ce qu'il semble vouloir fabriquer. Il faut juste un peu adapter le récit et naturellement revoir le "casting" qu'il a jusqu'ici un peu hâtivement bâclé :

Tag(s) : #Benoît Quennedey, #politique, #espionnage, #cinéma

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :