Il est loin le temps ou Julian Assange était salué comme le héros moderne de la liberté et de l'indépendance de l'information... Aujourd'hui que nos courageux journalistes et éditorialistes "libres" entonnent des concerts de louanges pour les pires badernes bellicistes et ultra-réactonnaires étasuniennes et protestent de leur indignation face aux intentions de Trump de mettre un terme aux opérations militaires impérialistes qui sèment depuis plus d'une décennie le chaos et la désolation dans le monde,  nos amis réfractaires de Genève nous alertent sur une nouvelle déclaration publique du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, réitérant sa demande (depuis trois ans) de permettre à Assange de recouvrir son entière liberté :


"La déclaration a été publiée vendredi 21. Un parcours des médias de grand chemin ici et ailleurs montre que pratiquement aucun ne ne s’en est fait l’écho, ce qui est symptomatique et inquiétant, vu les enjeux du procès qui est fait à Assange, mais qui au fond n’est pas étonnant dans le système d’information cadenassé dans lequel nous vivons - cadenassé y compris par tous ceux qui font profession de défendre le liberté d’information. On se croirait au temps des sauviettes!
Tous ces employés de la servitude volontaire se rendent-ils compte qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis? On peut avoir des réserves quant au personnage d’Assange (ego surdimensionné, méthodologie discutable quant à la protection des données privées, faible disposition à écouter les autres, etc.) a travers le procès qui lui est fait depuis 2010 c’est celui du droit à la liberté d’information des citoyens, celui des journalistes d’investigation, des chercheurs et des lanceurs d’alerte à rendre public ce que nos gouvernements font en secret en notre nom (y compris leurs crimes) qui est fait. Il me semble que c’est une des grandes batailles de ce temps. David contre la ligue écrasante des goliath de ce monde.
Face au silence des médias officiels nous essayons de le faire circuler parmi les médias alternatifs afin de nourrir les efforts de résistance contre la livraison d’Assange, au nom de la raison d’Etat, à ceux qui veulent le détruire et avec lui tout ce qu’il représente, l’esprit de wikileaks. A travers son écrasement, c’est tous ceux qui seront tentés de lui emboiter le pas et suivre son exemple qui sont bien sûr visés."

 

Les experts des Nations Unies somment le Royaume-Uni de respecter ses obligations en matière de droits et à laisser M. Julian Assange quitter librement l'ambassade de l'Équateur à Londres.



GENEVE (21 décembre 2018) - Les experts des droits de l'homme des Nations unies ont réitéré aujourd'hui leur demande au Royaume-Uni de respecter ses obligations internationales et de permettre immédiatement au fondateur de Wikileaks, Julian Assange, de s'affranchir de l'ambassade d'Équateur à Londres, où il craint d'être arrêté depuis plus de six ans. par les autorités britanniques s’il part et son extradition vers les États-Unis.

«Les États fondés sur l’état de droit et qui en font la promotion n’aiment pas être confrontés à leurs propres violations du droit, cela est compréhensible. Mais lorsqu'ils reconnaissent honnêtement ces violations, ils respectent l'esprit même de la primauté du droit, méritent un respect accru et constituent des exemples louables dans le monde entier », a déclaré le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

En décembre 2015, le groupe de travail avait conclu dans son avis no 54/2015 que M. Assange - qui à l'époque avait fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen contre lui pour une allégation de crimes commis en Suède - a été arbitrairement privé de sa liberté et a demandé sa libération.

«En droit international, la détention provisoire ne doit être imposée que dans des cas limités. La détention au cours des enquêtes doit être encore plus limitée, surtout en l'absence de toute accusation », ont déclaré les experts. «Les enquêtes suédoises sont closes depuis plus de 18 mois et le dernier motif invoqué pour continuer la privation de liberté de M. Assange est une violation de la liberté sous caution au Royaume-Uni, qui est objectivement une infraction mineure qui ne saurait justifier, de facto, davantage. Six années de réclusion depuis qu'il a demandé l'asile à l'ambassade de l'Équateur. M. Assange devrait pouvoir exercer son droit à la liberté de circulation sans entrave, conformément aux conventions sur les droits de l'homme que le Royaume-Uni a ratifiées », ont ajouté les experts.

Le Groupe de travail s'inquiète en outre de ce que les modalités de la privation arbitraire de liberté de M. Assange menacent sa santé et risquent de mettre sa vie en danger, compte tenu de l'anxiété et du stress disproportionnés qu'entraîne une privation prolongée de liberté.

"Le Royaume-Uni a ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et a la responsabilité d'honorer son engagement, en respectant ses dispositions dans tous les cas", ont déclaré les experts.

«Comme l’a dit le Haut Commissaire aux droits de l’homme il y a plusieurs années, le droit conventionnel en matière de droits de l’homme est un droit contraignant et non un droit discrétionnaire. Ce n’est pas un hasard si un État peut appliquer parfois et non pas dans l’autre », ont rappelé les experts.

«En outre, les recommandations des avis du Groupe de travail devraient être mises en œuvre par tous les États, y compris ceux qui ne sont pas parties à l'affaire concernant M. Assange», ont déclaré les experts.

«Le 10 décembre, le monde a célébré la Journée internationale des droits de l'homme. Il y a soixante-dix ans, le jour même, les Nations Unies ont proclamé la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui est la mère de tous les droits énoncés dans les conventions ultérieures, y compris le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Il est temps que M. Assange, qui a déjà payé le prix fort pour avoir exercé pacifiquement ses droits à la liberté d'opinion, d'expression et d'information et pour promouvoir le droit à la vérité dans l'intérêt public, recouvre sa liberté », ont conclu les experts.

 

Contexte: M. Assange, programmeur, défenseur de la liberté d’expression et d’information, est le fondateur de Wikileaks, un système de site Web sécurisé créé pour permettre aux dénonciateurs de rendre publiques des informations qui ont choqué leur conscience et qui, à leur avis, devraient être connues l'intérêt public. La vérité est indispensable à toute démocratie saine. Le droit à la vérité est un élément essentiel de la primauté du droit et doit être protégé par celui-ci.

M. Assange a été arrêté le 7 décembre 2010 au Royaume-Uni, en vertu d'un mandat d'arrêt européen contre lui après avoir été accusé de comportement sexuel en Suède. Cette accusation n'a pas été étayée et, après son interrogatoire à Londres, le procureur suédois a décidé en 2017 de ne pas poursuivre l'enquête.

M. Assange est de facto privé arbitrairement de sa liberté depuis 2012, sans inculpation ni procès. Il a d'abord été placé en détention provisoire et isolé de dix jours dans une prison de Londres; Il a ensuite passé 550 jours sous caution, constituant une assignation à résidence, dans l'attente de son appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni contre son extradition vers la Suède. Lorsque la Cour suprême a confirmé la décision d'extradition, il a demandé l'asile politique à l'ambassade de l'Équateur le 16 août 2012, invoquant ses craintes d'être extradé de Suède vers les États-Unis. Il a affirmé qu'il avait des motifs raisonnables de croire que s'il devait être extradé aux États-Unis, il serait poursuivi en justice pour avoir publié, par l'intermédiaire de Wikileaks, des milliers de câbles et de documents diplomatiques américains classifiés. L’Équateur lui accorda généreusement l’asile politique, puis la nationalité équatorienne.

Le Royaume-Uni a indiqué que la crainte de M. Assange d’être extradé vers les États-Unis n’était pas fondée. En avril 2017, dans son premier discours public depuis qu'il est à la tête de la CIA, M. Pompeo a déclaré que le fondateur du site de dénonciation, Julian Assange, était un "service de renseignement hostile" qui prétendait agir au nom de la défense de la liberté d'expression. de l'information et de la vie privée. Le même mois, le procureur général des États-Unis a déclaré que l'arrestation et la détention de Julian Assange étaient une priorité des États-Unis. Le 15 novembre 2018, des éléments de preuve ont révélé que le ministère de la Justice des États-Unis préparait un acte d'accusation à son encontre, mais les accusations sont jusqu'à présent demeurées confidentielles.

Par suite de la décision du procureur suédois de ne pas poursuivre l’enquête contre M. Assange, le mandat d’arrêt européen a été annulé. Le seul motif restant de son arrestation est sa violation des conditions de la mise en liberté sous caution en 2012, alors qu'il se rendait à l'ambassade d'Équateur pour demander l'asile politique. Les conditions de la caution le contraignaient à rester à la disposition de la justice et à se présenter quotidiennement au poste de police local.

Les autorités britanniques ont clairement indiqué que, s’il quittait l’ambassade d’Équateur où il est confiné contre son gré depuis six ans et demi, il serait arrêté pour ce motif. Un tribunal britannique a lancé un mandat d'arrêt contre lui. Depuis 2012, la police est chargée de rester 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à la porte de l'ambassade afin d'arrêter M. Assange s'il devait sortir des locaux diplomatiques.

Cette déclaration du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a été entérinée par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, M. Michel Forst.
* Les experts: M. Seong-Phil Hong, président-rapporteur du groupe de travail sur la détention arbitraire; M. Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme.


Les rapporteurs spéciaux font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Procédures spéciales, le plus grand groupe d’experts indépendants du système des droits de l’homme de l’ONU, est le nom général des mécanismes indépendants d’établissement des faits et de surveillance du Conseil, qui traitent soit de la situation particulière de pays, soit de questions thématiques dans le monde entier. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire; ils ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.


Pour les demandes des médias, veuillez contacter John Newland, Unité des droits de l'homme des Nations Unies - Médias (+41 22 917 9383, Email: mediaconsultant2@ohchr.org).

Pour plus d'informations, veuillez contacter M. Christophe Peschoux (+41 229279381 ou +41 79 cpeschoux@ohchr.org,

Email: cpeschoux@ohchr.org].
ONU Droits de l'homme, page pays: Royaume-Uni


Pour les questions des médias concernant d'autres experts indépendants de l'ONU, veuillez contacter John Newland, Unité des droits de l'homme des Nations Unies - Médias (+41 22 917 9383,

Email: mediaconsultant2@ohchr.org).


Cette année, 2018 marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée par l'ONU le 10 décembre 1948. La Déclaration universelle - traduite dans un record mondial de 500 langues - est ancrée dans le principe «tous les êtres humains naissent libre et égal en dignité et en droits. »Il reste d'actualité pour tous les jours. En l'honneur du 70e anniversaire de ce document extrêmement influent et afin d'empêcher l'érosion de ses principes fondamentaux, nous exhortons tous les citoyens à se mobiliser pour les droits de l'homme: www.standup4humanrights.org.

Tag(s) : #liberté d'expression, #julian assange, #impérialisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :