Les "complotistes poutinophiles" de RT  France viennent de relayer le remarquable travail d'Alain Gresh et de son site Orient XXI. L'article très bien informé et documenté permet de verser ces nouvelles pièces au dossier, déjà très copieux, des tenants et adeptes de la thèse "anti-sionisme = antisémitisme" ( aux cotés de Macron, Valls, Hollande , Hidalgo, Sarkozy, Clinton, Trump, Juppé, Netanyaou, BHL, Kouchner, Bayrou et Cie ). L'occasion de se demander : À quand la même enquête sur les "lobbies pro-israéliens" actifs en France et en Europe ?
Un travail journalistique instructif et opportun, que pourraient prendre en charge, par exemple, les scrupuleux "decodex" de "L'Immonde" ou les fringants reporters d'investigation de Mediatarte , Marianne, Le Figaro, Le Point, etc....

initialement publié sur RT France : Le site Orient XXI diffuse un «documentaire interdit» sur le lobby pro-israélien aux USA ()

Le site Orient XXI diffuse un «documentaire interdit» sur le lobby pro-israélien aux USA (VIDEOS)© Nicholas Kamm Source: AFP
L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Nikki Haley, prend la parole lors de la conférence de l'AIPAC à Washington, le 5 mars 2018.

Au nom du droit à l'information, le site Orient XXI rend public le documentaire explosif sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis réalisé par Al-Jazeera. La chaîne qatarie avait décidé d'annuler sa diffusion.

Dans un article paru dans Le Monde diplomatique de septembre, le journaliste Alain Gresh relatait le contenu d'un documentaire exceptionnel sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis. La chaîne qatarie Al-Jazeera, qui l'avait réalisé, avait finalement décidé de le déprogrammer. Mais le site Orient XXI, dirigé par Alain Gresh, s'est chargé de le sous-titrer en français et, en collaboration avec le site Electronic Intifada aux États-Unis et Al-Akhbar au Liban, de le rendre public, au nom du «droit à l’information».

Les deux premiers épisodes de ce documentaire en quatre parties sont désormais visibles pour le public francophone sur la chaîne Youtube d'Orient XXI. Le premier volet de cette série est présenté ainsi : «Nous verrons comment ce lobby est impliqué dans une campagne secrète israélienne afin d'espionner des citoyens américains.»

Grâce à un reporter travaillant sous couverture, Al-Jazeera a infiltré «l'un des plus puissants lobbies  du monde» qui à travers l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) «s'est assuré un soutien indéfectible au Congrès» américain.

Les deux premiers épisodes de ce documentaire en quatre parties sont désormais visibles pour le public francophone sur la chaîne Youtube d'Orient XXI. Le premier volet de cette série est présenté ainsi : «Nous verrons comment ce lobby est impliqué dans une campagne secrète israélienne afin d'espionner des citoyens américains.»

Grâce à un reporter travaillant sous couverture, Al-Jazeera a infiltré «l'un des plus puissants lobbies  du monde» qui à travers l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) «s'est assuré un soutien indéfectible au Congrès» américain.

Le journaliste d'Al-Jazeera, qui a réussi l'exploit de s'intégrer totalement aux milieux pro-israéliens américains et de gagner la confiance de ses membres, a filmé de nombreux entretiens en caméra cachée. Dans la première scène du documentaire, on peut voir par exemple, autour de hamburgers et d'un soda, un lobbyiste lui confier : «38 milliards d'aides pour la sécurité d'Israël, c'est ce que vient d'obtenir l'AIPAC.»

Ce documentaire, en plus de mettre au grand jour des pratiques lobbyistes, interpelle les démocraties occidentales et la démocratie américaine en particulier. Il montre en effet que le gouvernement israélien espionnerait des citoyens américains hostiles à sa politique, sans que les autorités américaines ne s'en offusquent.

Le site Orient XXI, qui a publié ces deux premières parties le 2 novembre, assure que les prochains épisodes seront disponibles en français dans les semaines à venir.

«Si vous voulez discréditer le message,
discréditez celui qui porte le message»

Pour RT France, le journaliste Alain Gresh avait commenté en septembre le contenu du documentaire, qu'il avait vu en exclusivité. Il expliquait notamment comment le lobby, à défaut de pouvoir toujours discréditer les idées véhiculées par des organisations comme BDS (Boycott désinvestissement sanctions), qui soutient les Palestiniens et invite au boycott d'Israël, s'employait à nuire à l'image de ceux qui défendaient ces idées. «Si vous voulez discréditer le message, discréditez celui qui porte le message», comme le dit l'un des membres de l'AIPAC dans le documentaire en question.

Ce documentaire devait être diffusé au début de l’année 2018. Il ne l’a finalement pas été, à la suite d'un accord entre le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar. 

Lire aussi : Al-Jazeera mène une enquête explosive sur le lobby pro-israélien... avant de geler sa diffusion

Tag(s) : #Alain Gresh, #palestine, #anti-sionisme, #géopolitique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :