En préambule, souvenons nous que déjà, en 2014 ....

La violence israélienne contre les Palestiniens ne cessera jamais : elle est encouragée par l'hypocrisie des Nations Unies et des États-Unis

Eva Bartlett, journaliste indépendante et militante des droits de l'homme vit dans la bande de Gaza et en Syrie.  son blog : In Gaza.
 
 

Les Etats-Unis soutiennent volontiers les "rebelles" qui comme Al-Qaïda "protestent" en Syrie, mais quand des Palestiniens désarmés protestent réellement et pacifiquement contre les occupants qui les ont violemment expulsés de leurs maisons et de leurs terres, les USA jugent que ces derniers "incitent à la violence".

Lors de manifestations pacifiques le 30 mars dans l'est de Gaza, un Palestinien non armé a marché sur les terres agricoles en direction de la clôture construite par ses occupants. Il fut  abattu par l'un des 100 tireurs d'élite des forces spéciales israéliennes déployées le long de la clôture pour étouffer la dissidence - par tous les moyens nécessaires - sous le prétexte de la « légitime défense ».

Le même jour, une Palestinienne, armée uniquement d'un drapeau, s'est dirigée vers la clôture qui l'emprisonne depuis tant d'années. Elle aussi a été prise pour cible par l'un des tireurs d'élite.

Parmi les 17 personnes tuées ce jour-là, il y avait une jeune fille de 16 ans et un fermier de 27 ans, ce dernier ayant été abattu par un tir de char israélien.

Même la BBC, qui n'est pourtant pas connue pour défendre la cause Palestinienne, a déclaré : " Le premier à mourir était Omar Samour, 27 ans - un fermier palestinien tué par les bombardements israéliens alors qu'il travaillait sur ses terres près de Khan Younis vendredi, avant les manifestations. commencé. "

Pourtant, à en croire Israël, cet agriculteur était un « infiltré terroriste », le lexique qu'Israël utilise pour blanchir ses assassinats extrajudiciaires.

Spoutnik rapporte que le porte-parole de l'armée israélienne a fièrement tweeté qu'ils savaient " où chaque balle a atterri ", mais a ensuite effacé ce tweet, probablement parce qu'il était clair que ces balles avaient "atterri" dans les corps de manifestants non armés.

Au cours de mes trois années à Gaza, j'ai souvent accompagné de telles manifestations, et je l'ai aussi fait dans d'innombrables manifestations lorsque j'ai vécu avec les militants pendant huit mois en Cisjordanie. Ayant vécu ces expériences, je suis parfaitement consciente qu'Israël n'a aucune autorité morale à faire valoir.

Dans les dizaines de manifestations que j'ai accompagnées en Cisjordanie et à Gaza , la "violence " a toujours été déclenchée par les Israéliens tirant à balles réelles, des balles de plomb recouvertes d'une fine couche de caoutchouc et des gaz lacrymogènes visant des Palestiniens désarmés. Que les jeunes palestiniens choisissent de riposter avec des pierres de lance-pierres est compréhensible et entièrement justifié ( NdT : eux avaient le "droit de se défendre"). Mais selon mon expérience, c'était toujours Israël qui a commencé, tirant pour mutiler et tuer, kidnapper et emprisonner des manifestants non armés.

Le Jour de la Terre en mars 2010, j'ai participé à l'une des six manifestations qui ont eu lieu dans la bande de Gaza. C'était dans le village de Khoza'a, à l'est de Khan Younis. Les quatre jeunes palestiniens ciblés par des tireurs d'élite israéliens ont tous déclaré avoir été blessés par balles réelles sans avertissement préalable, dont un à qui on a tiré une balle dans la tête.

Et comme lors des manifestations du Jour de Terre de mars 2018, Israël a jugé l'attaque de 2010 acceptable: " une enquête a montré que les soldats opéraient conformément aux procédures de dispersion admises" en ce qui concerne les violences des FDI contre des manifestants non armés. "

Les " procédures de dispersion acceptées " d'Israël se produisent quotidiennement dans toute la Palestine occupée, que ce soit contre des manifestants non armés dans le village de Bil'in près de Ramallah, ou contre des fermiers non armés - des enfants aux personnes âgées - à Gaza.

Voir : Le ministre israélien de la Défense menace la mort des Palestiniens qui arrivent à la frontière

Ces procédures comprennent le fait de tirer sur des civils palestiniens à partir de tours israéliennes contrôlées à distance et placées le long de la clôture entourant Gaza. Israël cible également d'autres civils travaillant dans les régions frontalières, y compris des enfants et des jeunes qui collectent des gravats et de la ferraille pour la construction.

Les médias occidentaux rapportent que les attentats de 2018 contre des manifestants palestiniens ont été la journée la plus sanglante à Gaza depuis les « affrontements » de 2014. Le lexique des « affrontements » - utilisé pour désigner le brutal bombardement de Gaza en été 2014 et les récents assassinats israéliens de civils lors de manifestations - est la distorsion typique de la réalité et de l'équilibre des forces par des médias inféodés. Lorsque des manifestants non armés appelant aux droits de l'homme sont littéralement abattus, ce ne sont pas des « affrontements », ce sont des assassinats.

En outre, cela nie le ciblage quasi quotidien des agriculteurs palestiniens, des pêcheurs et des personnes travaillant dans les régions frontalières. Cela inclut les tirs isolés sur les femmes, les personnes âgées et les enfants.

Dans le travail d'accompagnement des fermiers que j'ai fait à Gaza, de nombreux soldats israéliens ont tiré à balles réelles sur et autour de moi et d'autres volontaires, à proximité, dans le but d'agresser et de faire fuir les fermiers de leurs terres. La politique d'Israël consistant à attaquer les fermiers et les pêcheurs palestiniens fait partie de leur stratégie globale consistant à rendre les Palestiniens totalement dépendants d'une aide alimentaire inadéquate et totalement, aliénée, en les appauvrissant.

En 2011, j'ai écrit sur la destruction israélienne de l'agriculture palestinienne à Gaza, en observant :

"Il y a une dizaine d'années, les paysans palestiniens pouvaient encore accéder à des terres situées à 50 mètres de la frontière et la zone d'interdiction israélienne s'étendait à 150 mètres, puis à 300 mètres, coupant les agriculteurs palestiniens de leurs vergers. et les pâturages.

" Une décennie plus tard, après que les vergers saccagés par les bulldozers israéliens, les agriculteurs ont du mal à accéder à la terre dans certaines zones, parfois jusqu'à deux kilomètres le long de la zone tampon de 300 mètres interdite sous la menace létale des soldats israéliens.

« Plus de 30 pour cent des terres agricoles de Gaza ne sont pas exploitées à cause de cette zone tampon, dont les terres les plus fertiles de Gaza, où les oliviers, les fruits, les agrumes et les noix, ainsi que le blé, l'orge et le seigle qui assuraient jadis les besoins de Gaza. "

Deux bombardements israéliens de Gaza plus tard, le pourcentage de terres agricoles exploitables aura encore diminué.

La Turquie et Israël rivalisent pour la suprématie "morale"

À la suite des attaques d'Israël contre des manifestants palestiniens, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé Israël:

" Je n'ai pas besoin de dire au monde à quel point l'armée israélienne est cruelle, nous pouvons voir ce que fait cet Etat terroriste en regardant la situation à Gaza et à Jérusalem, Israël a perpétré un massacre à Gaza et Netanyahou est un terroriste. "

Bien que je sois d'accord avec cette déclaration, il est particulièrement ironique que cela vienne du chef d'un État qui se bat contre la Syrie, a accordé un passage sécurisé et des armes, à des terroristes pour entrer en Syrie et a tué des centaines de civils dans le nord-ouest de la Syrie.

Depuis fin janvier, la Turquie bombarde Afrin, au nord-ouest de la Syrie. Le dernier décompte de victimes dont j'ai été informée a été de 222 civils tués et 700 blessés au 10 mars 2018. Un rapport ultérieur déclare, " plus de 1000 civils ont été martyrisés et blessés ," des milliers déplacés, par les bombardements turcs.

Ensuite, bien sûr, il y a le soutien direct d'Israël aux terroristes en Syrie, y compris le traitement des terroristes de l'ASL à Al-Qaïda dans les hôpitaux israéliens.

Ainsi, Israël et la Turquie ont le sang des civils sur les mains, et aucun d'entre eux n'a été tenu pour responsable ou n'a fait l'objet de protestations occidentales.

Aucune justice n'est jamais été rendue à ces civils mutilés, assassinés, emprisonnés par Israël. Aucun organisme international n'a été promu pour que justice soit faite. Les molles déclarations, vite oubliées, n'ont jamais visé la recherche de la justice et de la responsabilité des auteurs de ces crimes.

Réaction prévisible de l'ONU

À la suite de l'assassinat de manifestants palestiniens par Israël, les Nations Unies ont exprimé de timides et très diplomatiques interrogations, mais aucune condamnation de la brutalité d'Israël.

Sans manifester l'indignation que les organes et les représentants de l'ONU réservent presque exclusivement à la propagande de guerre et à la promotion des terroristes en Syrie, le Secrétaire général de l'ONU António Guterres a exprimé ses « pensées » aux familles des victimes d'Israël. Il a appelé à " une enquête indépendante et transparente sur ces incidents " . Qui ferait une telle enquête? Israël? L'ONU?

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, connu pour ses déclarations anti-palestiniennes enragées, a opposé son veto à l'appel, déclarant : " Il n'y aura pas de commission d'enquête, nous ne coopérerons avec aucune commission d'enquête " .

Le jour du massacre, le secrétaire général adjoint de l'ONU, Tayé-Brook Zerihoun, a qualifié de "dévastés par la violence plusieurs endroits à travers Gaza". Dix-sept Palestiniens non armés exécutés par des tireurs d'élite israéliens ne sont pas "en train de se transformer en violence ", c'est un massacre. Un assassinat prémédité.

Ce type d'action ou de justice est ce à quoi on peut s'attendre de la part des Nations Unies, quand un tel massacre est minimisé, et dès lors que les responsables des massacres antérieurs de Palestiniens n'ont jamais été tenus pour responsables par l'ONU ou par l’État que l'ONU demande systématiquement à son propre assassinat.

Lors de cette même réunion du Conseil de Sécurité  de l'ONU, le délégué des Nations Unies aux États-Unis, Walter Miller, a eu le culot de rejeter la faute sur les Palestiniens. Miller a décrit les civils palestiniens comme: "Les mauvais acteurs qui utilisent les manifestations comme une couverture pour inciter à la violence [et] mettre en danger des vies innocentes. "

L'Amérique est favorable aux « rebelles » comme Al-Qaïda qui « protestent » en Syrie, mais quand des manifestants non armés en Palestine exercent leur droit en vertu du droit international de protester contre les occupants qui les expulsent violemment de leurs maisons et terres, ils « incitent à la violence. "L'hypocrisie de l'Amérique et de l'ONU est sans limite, et par conséquent, la violence d'Israël ne finira jamais.

Alors que la Turquie verse des larmes de crocodile sur le sort des Palestiniens, Israël prétend être l'armée la plus morale du monde, et l'ONU détourne les yeux des crimes de guerre et du nettoyage ethnique à l'encontre des Palestiniens, tandis que ces derniers continuent de protester courageusement contre les crimes d'Israël.

Comme Gareth Porter l'a tweeté , " plusieurs milliers de Gazaouis sont prêts à mourir en martyrs plutôt que de se soumettre à la politique israélienne de mort lente, les tireurs d'élite israéliens continueront à tuer froidement les manifestants palestiniens, le gouvernement américain et les médias ont donné à Israël lumière. "

En effet, les Nations Unies, les médias institués et les plus puissants dirigeants du monde occidental les ignorent ou les vilipendent, mais les Palestiniens continuent de résister aux plus  immoraux des gouvernements et des forces armées de la région.

Eva Bartlett

Tag(s) : #géopolitique, #politique, #gaza

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :