Toujours soucieux d'informer convenablement le jugement d'un lectorat connu pour être très exigeant, voire vétilleux sur la rigueur des analyses et le discernement critique de leurs rédacteurs,

L'ImMonde du 16 septembre a publié sur son site - de révérence nationale au pouvoir en place -  une remarquable enquête politique, scrupuleusement argumentée et fondée sur une information aussi dense que soucieuse de se distinguer de la veine démagogique insipide, survendue par ses confrères de la presse pipeau-litique parisienne.

Mettant leur expertise mondialement reconnue au service d’une conscience professionnelle sans faille, ses journalistes livrent une étude fouillée et éclairante au lecteur avide de connaître et comprendre les ressorts fondamentaux de la gouvernance de notre pays et les mouvements profonds qui orientent le pouvoir politique dans cette période formidable de refondation en marche.

Naturellement, et en dépit de la nécessaire proximité qu’ils entretiennent avec les sources le mieux informées de l’Élysée, les journalistes de l’Immonde ne se départissent jamais de la distance critique et de la lucidité objective qui fait la qualité coutumière de cette publication de référence.

Ainsi peut-on découvrir d'emblée les impulsions essentielles que la nouvelle première dame, désormais pourvue d'un statut moralisé et transparent, a su donner à son jeune et sémillant mari en vue de moderniser un pays pourtant réputé "in-réformable" :

 

"[...] Emmanuel et Brigitte Macron semblent avoir adopté l’ancien hôtel d’Evreux, même si la première dame s’emploie depuis quatre mois à le dépoussiérer. « Tu as vu ? J’ai fait retirer les bergères et les moutons ! », a-t-elle lancé cette semaine à un conseiller, croisé dans l’aile est du palais, où elle a installé son bureau. Mme Macron a en effet fait retirer plusieurs tapisseries « qui n’avaient pas bougé depuis les années 1950, sans être lavées, ni restaurées », précise l’un de ses proches.
L’épouse du président a également fait « tomber » plusieurs lourdes tentures dans l’imposante salle des fêtes, pour faire entrer la lumière et dégager la vue sur le jardin. Elle a demandé aussi que soient remisés plusieurs tapis jugés vieillots. Cadeaux des dirigeants étrangers.

Mme Macron s’est rendue avant l’été au Mobilier national, ainsi qu’à la manufacture des Gobelins, dans le 13e arrondissement de Paris, pour commander de nouveaux meubles et des tapisseries contemporaines. Elle a également visité le Fonds national d’art contemporain, qui recèle une importante collection appartenant à l’Etat. Selon ses proches, c’est la première fois qu’une première dame se..."

Le Monde du 16 septembre 2017

Dans l'intimité rénovée et dépoussiérée,
Manu et Bridgette se plaisent parfois
à combattre les stéréotypes en inversant leurs rôles...

Tag(s) : #liberté d'expression, #politique, #tropiques, #en marche, #dépoussiérage, #macron

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :