Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En réponse à l'amicale missive reçue de ses amis des mutins de Pangée (voir lettre reproduite ci-après) . Notre chroniqueur favori leur adresse cette amicale réponse:

 

Je vote, donc tu suis
Des Mutins de Pangée aux moutons de Panurge

 

Salut Olivier1,
Malgré votre recommandation, j’ai quand même lu les «quelques lignes» qui, selon vous, pourraient «probablement ennuyer» ceux pour qui «voter c’est abdiquer». Et je n’ai pas eu l’impression de «perdre mon temps». Car j’ai retrouvé dans votre appel à voter en faveur de l’«un des quatre candidat en tête des sondages » dont «les discours et le programme» contiennent «beaucoup des idées et des arguments » que vous défendez depuis des années à travers vos films et les messages que vous envoyez, la même candeur que celle de vos homologues du 10 mais 1981 qui célébrèrent, extasiés, la victoire d’une fripouille politicienne des IVe et Ve République — sans parler des premiers mois du régime de Vichy — qui leur avait annoncé durant sa campagne électorale par voie d’affiches géantes : «Le socialisme, une idée qui fait son chemin ».

 

Certes, l’heureux élu de vos cœurs — à défaut de votre raison —, s’est bien gardé de vous promettre la lune d’une révolution autre que «citoyenne» aussi bidon que l’«insoumission» autoproclamée de ses supporters. Celui dont vous avez cru bon de taire le nom, par prudence, pudeur ou coquetterie, dont je n’ai pas peur de reprendre les surnoms que lui ont accolé les pêcheurs du Tréport — Merluchon — dont sa «transition écologique » à coups d’éoliennes en mer va ruiner l’activité, ou les militants de l’UPR — Baudruchon — qui considèrent à juste tire ce tribun indéniablement talentueux comme un expert hors pair en matière d’opportunisme, de mensonge et de démagogie, se prépare à vous enfumer — pour ne pas user d’un terme plus cru que vous méritez pourtant bien —, fidèle en cela à ses prédécesseurs de la deuxième droite auxquels il ne manque jamais de se référer avec respect : Mitterrand, Rocard et Jospin.Je ne vais pas vous dresser la liste que vous connaissez — du moins les plus anciens et les plus politisés parmi vous — des retournements de veste, promesses non tenues et autres trahisons des idéaux de gauche dont est jalonnée la carrière de cet arriviste chevronné. C’est peu dire que son passé ne plaide guère en faveur de ce nouveau «défenseur des travailleurs» qui n’a jamais travaillé de sa vie sinon comme apparatchik dans des partis qui prétendaient les «représenter». Le présent immédiat non plus à en juger par son revirement récent, lors d’un meeting à Dijon «hologrammé» sur cinq autres scènes, lorsqu’il avait mis en garde ses fans tout en rassurant l’«oligarchie» honnie : «Ne croyez pas ce qu'ils vous disent: “il veut sortir de l'Europe, de l'euro” » (...), allons, un peu de sérieux" ». À la différence de Tsipras demeuré son ami — et l’on verrait rapidement pourquoi s’il parvenait à succéder à Hollande — Baudruchon n’a même pas attendu le premier tour de la présidentielle pour contredire ce laissait entendre depuis des mois. Si le « un peu de sérieux » doit vous être intimé, ce serait pour vous dissuader de prendre au sérieux les discours de ce nouveau sauveur du peuple. Sinon, je vois mal en quoi les Mutins de Pangée se distingueraient des moutons de Panurge !

À cet égard la présence du leader de Podemos à ses côtés comme invité étranger de marque pour un «apéritif insoumis» à Belleville, le dernier jour de campagne électorale, est tout à faire symbolique, mais pas au sens où il le souhaitait. Le fringant Pablo Iglesias partage, en effet, avec Merluchon au moins deux point communs. Le premier est leur statut de députés européens, sinécure dont ils tirent une bonne part de leurs revenus. Ce qui vaut également pour Marine Le Pen, évidemment. On les voit donc mal quitter l’Union Européenne ou même envisager de le faire, ce qui il est vrai, n’a jamais fait partie des engagements de Podemos. Le second point est que Iglesias, alors en pleine campagne électorale aux législatives de 2015, avait pris soin de mettre de l’eau dans le vin rouge de la «radicalité» à qui il devait ses premiers succès populaires, en choisissant de se définir comme un «social démocrate moderne». Une appellation qui n’engage à rien, aux sens propre et figuré, comme chacun sait, et qui va aussi comme un gant à Baudruchon. Lui non plus ne se risque pas à annoncer une quelconque «sortie du capitalisme». Si «transition» il y a, elle sera écologique, et non vers le socialisme. Bref, l’«avenir en commun» sera tout sauf communiste.

Vous croyez bon de reprendre à votre compte, le vieux dénigrement ironique de cet idéal, dont aime à user la gauche bien pensante pour le caricaturer en le réduisant à l’« attente du grand soir qui ébranlera le monde». Outre que vous savez fort bien que plus personne parmi les partisans d’un bouleversement des rapports de production capitalistes ne croit qu’il prendra cette forme, une telle croyance n’était pas plus ridicule que celle consistant à imaginer, comme l’avait fait avec un gros titre un journaliste assez optimiste du Monde diplomatique, que l’arrivée au pouvoir à la Moncloa d’une élite dirigeante issus de la caste universitaire allait «bousculer l’Espagne». Et il y a fort à parier qu’il en ira de même avec les illusions d’avènement d’«une nouvelle civilisation » — écolo-compatible avec le capitalisme — entretenues chez les soi-disant «insoumis» par ce charlatan de Merluchon.

 

C’est la raison pour laquelle, pour en revenir au faux bond dont je me suis rendu coupable vis-à-vis de Mutins de Pangée, je ne regrette rien, comme le chantais Édith Piaf. J’avais finalement refusé d’animer des débats à l’issue de la projection de La cigale, les corbeaux et les poulets, prévoyant que la question «que faire ?» qui allait inévitablement d’être posée — je l’avais déjà vérifié face aux spectateurs de Merci patron ! — allait en fin de compte être rabattue sur celle «pour qui voter ?». Avec en prime une réponse prévisible parce que prémâchée par les vidéos, plates-formes et autres «groupes d’appui » installés pour la mise sur orbite présidentielle de Merluchon. D’autres que moi me paraissaient plus indiqués, comme l’expérience l’a prouvé, pour suivre sans réticence voir avec allégresse le chemin ainsi balisé.

Comme à la veille du 10 mais 1981, je me retrouve une nouvelle fois confronté — différence de générations mise à part — à une foule de gogos-de-gôche qui croient le jour gloire arrivé. Métaphore des plus adéquates s’il en est quand on voit les drapeaux bleus-blancs-rouges remplacer les drapeaux rouges dans les meetings de Baudruchon, et entendre ceux-ci se clore sur les accents de La Marseillaise et non plus de L’Internationale.

 

Jean-Pierre

 

1 Olivier Azam, réalisateur documentariste et animateur de la coopérative audiovisuelle et cinématographique Les Mutins de Pangée.

Et pour ceux qui ont la mémoire courte :

---------- Message transféré ----------
De : Les Mutins de Pangée <contact@lesmutins.org>
Date : 21 avril 2017 à 19:47
Objet : Avant de tourner la page présidentielle...
À : garnier jean-pierre
 

 

Salut à toutes et à tous,

Pour la première fois depuis la nuit des temps, les élections présidentielles sont très ouvertes et tout peut se passer. Certains d’entre vous se moquent totalement de cet épisode, sont dégoutés de la vie politique et médiatique et c’est leur droit. Il y en a même qui essayent de s’organiser en dehors, de façon relativement autonome, souvent dans un rapport de confrontation avec l’Etat et pour qui il est totalement hors de question de s’intéresser à des élections. A ceux-là, nous souhaitons bon courage, avec toute notre affection. Si vous êtes de ceux-là, inutile de perdre votre temps à lire ces quelques lignes qui vont probablement vous ennuyer.

En ce qui nous concerne, puisque nous vivons encore dans le cadre des institutions et des règles de l’Etat, on ne va pas faire comme si de rien n’était et on pense que c’est pas tout à fait pareil, au moins pour l’ambiance qui règnera dans le pays après le 7 mai. Au moins pour la petite chance qu’une dynamique soit réellement enclenchée malgré toutes les divisions, les contradictions, les insuffisances, les frustrations… que nous observons à travers nos tournées dans tous les (re)coins de France.

Beaucoup des idées et des arguments que nous défendons depuis des années à travers nos films et les messages que nous vous envoyons sont présents dans les discours et le programme d’un des quatre candidats en tête des sondages. On vous laisse deviner lequel…

Mais on sait bien que le vote, aux présidentielles particulièrement, est toujours animé par des paramètres psychologiques divers et des calculs « tactiques » très complexes aux raisons que parfois la raison ignore. Le choix reste de toute façon très personnel dans l’isoloir qui porte bien son nom. Parmi nous qui vivons dans des situations assez confortables, on peut même parier qu’à court terme, le résultat ne changera pas grand chose à nos vies. Mais pour les plus précaires d’entre nous la moindre chance de s’accrocher à un espoir de changement vaut le coup d’être tenté, malgré la peur des déceptions et des trahisons, dont l’Histoire politique est remplie et malgré le peu de poids que vaut une voix dans une urne.

Dans le quartet des candidats donnés en tête par les prédicateurs, certains nous promettent les pires sévices, assumés en toute tranquillité. Il n’y qu’à regarder avec quel affolement les médias ont réagi aux sondages ces dernières semaines pour constater que toutes les candidatures ne provoquent pas les mêmes réactions chez les possédants et leurs chiens de gardes. Ils bavent de rage et se tortillent dans tous les sens pour inventer des repoussoirs et c’est assez comique à observer. On aura au moins gagné ce petit plaisir de spectateurs. Le plaisir aussi de voir les (soi-disant) petits candidats dans les gros médias perturber un peu le ronron.

Le résultat du premier tour risque de se jouer à peu de voix et quand on sait la diversité des programmes et des idées exprimées, ça va cliver sec ! Il faudra pourtant continuer à vivre ensemble… Par conséquent, pensons à ne pas nous disputer trop gravement entre nous pour ce qui n’est qu’un épisode de la vie politique médiatique. Partout où les gens luttent pour le progrès social, à leur façon, dans leur vie quotidienne, dans leur travail, leur village, leur quartier, leur foyer, on sait que l’élection reste un élément très peu satisfaisant de l’exercice de la démocratie mais qu’il en fait partie. Nous vivons dans ce monde-là, où les enjeux de pouvoir existent, où des décisions concernant nos vies sont prises chaque jour par des élus. L’élection passée, l’affrontement des forces en présence continuera mais avec plus ou moins de force selon les résultats et, qu’on le veuille ou non, se compter compte !

Les prédateurs de la finance ont choisi leur candidat. Celui qui fera le mieux passer la pilule et il est probable, comme pour les fois précédentes, qu’ils réussissent à faire élire leur candidat. C’est bien ce qu’on appelle le « piège à cons » des élections. On peut s’abstenir et ainsi leur faciliter la tâche. Mais pour l’instant, en attendant le grand soir qui ébranlera le monde, on peut aussi perdre quelques secondes dans l’isoloir avant de passer à autre chose.

Ces derniers jours, nous sommes retournés voir la bande de la Cigale à Saint Pons-de-Thomières (que vous avez vu dans La cigale, le corbeau et les poulets si vous avez eu cette chance !) qui, tout en faisant campagne pour la France Insoumise, continuent quotidiennement à lutter pour un monde meilleur et à pratiquer la solidarité concrète. Et pour eux aussi, quel que soit le résultat, la lutte continuera après les élections.

Tag(s) : #jean-pierre garnier, #politique, #liberté d'expression, #social