Nous avons validé avec de jeunes camarades , intellectuels habitués de la librairie et militants de l’UPR, le principe de la venue de François Asselineau, le jeudi 23 mars à 19h30, pour une soirée de débat

COMPLET

sur le thème :

"Pourquoi tant de haine médiatique?" : Pourquoi François Asselineau, du simple fait qu'il se "présente" (au sens phénoménologique du terme) suscite-t-il cette haine... (de la part des médiateurs appointés par la classe dirigeante ) et plus que tout autre ?
Il ne s’agira évidemment pas d’une soirée électorale et comme on s’en doute nous n’appellerons personne à voter pour qui que ce soit ( notre position étant : votez si ça vous chante, mais ne votez surtout pas Micron ! ). Nous y instruirons le procès en mauvaise foi et ignorance (manipulée et manipulatrice) des médias qui à l’instar de Radio France, ont eux-même engagé un (très violent) procès en "hérésie conspirationniste" contre F. Asselineau ... au point que les détournements sarcastiques ont fleuri sur youtube :

Ce qui nous y a décidés c’est que ce procès, étonnant de virulence et d'insistance, se développe sur la base des déclarations où François Asselineau dénonce l’interventionnisme impérialiste étasunien et son bras armé la CIA, notamment dans la construction européenne, les affaires politiques françaises et le terrorisme mondialisé (ce que nous baptisons « stratégie du chaos »). Un position anti-impérialiste et de dénonciation historiquement avérée et publique en France depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, partagée aussi bien par De Gaulle que par les communistes.
Une abondante et indiscutable historiographie en atteste et il est parfaitement notoire que cette stratégie impérialiste étasunienne et ses ingérences dans les affaires françaises, européennes et mondiales est revendiquée sans complexe par l'appareil d'Etat US, déjà bien avant que Zbigniew Brzeziński en ait produit et publié la théorie (voir : Le Grand Echiquier (1997) ) en tant qu'inventeur de la notion de "totalitarisme" et principal théoricien de la politique étrangère américaine (dont il fut, avec Henry Kissinger, l'acteur majeur pendant trois décennies).

Naguère (avant Sarkollande), le service public d'information n'était d'ailleurs pas du tout gêné pour évoquer ces points très documentés d'histoire contemporaine :


Toutes ces choses bien connues, ces "faits têtus" font pourtant subitement l’objet d’une étonnante poussée de « négationnisme » de la part des prétendus journalistes du service public (et privé) et de l’ensemble de l’appareil idéologique dont ils relèvent... ( de Valls et Macron aux "antifas") manifestement « vent debout » contre Asselineau qui ne dit pourtant rien d'autre que ce que de De Gaulle déjà dénonçait sans ambiguïté (et aussi bien la gauche communiste, et jusqu'à Mitterand lui-même... sur la fin).
À titre propédeutique on pourra avantageusement visionner au préalable les conférences de la meilleure historienne française spécialisée dans ces questions, Annie Lacroix-Riz :

Aux origines du carcan européen :
l'Europe sous influence.


Deuxième partie :

et la suite du documentaire historique de la télévision publique ... "d'avant"...



Il nous a donc semblé utile et important de donner l’occasion à François Asselineau d’exprimer et argumenter ses positions, jusques et y compris son hostilité profonde à la construction européenne atlantiste et à tout ce qui s’ensuit...( l’Euro, l’OTAN, la commission de Bruxelles, etc.)

L’objet du débat sera également de lui opposer nos objections politiques ou méthodologiques en matière de sortie des traités Européens, Zone Euro et OTAN aussi bien que celles qu’il oppose lui-même aux thèses des « souverainistes », du FN ou de J.L. Melenchon qui tous proposent des variantes de cette commune négation de l’Europe atlantiste de « la concurrence libre et non faussée » des biens... et des personnes.

J-P.Garnier ne pourra être présent du fait d'ennuis de santé mais Dominique Pagani et Bruno Drweski ( peu soupçonnables de partager les idées de Soral , le Pen, Zemmour, Villepin ou Fillon) se sont proposés pour débattre avec F.Asselineau sur ces questions d'éducation populaire, historique et ... politique ; en tant qu'intellectuels marxistes jugeant que ces accusations de "complotisme" ou "conspirationnisme rouge-brun" réputées disqualifier un courant idéologique qui va de De Gaulle aux communistes (dans la logique du CNR) , de dénonciation et d'hostilité à l’impérialisme américain, historiquement attestée en France depuis la fin de la deuxième guerre mondiale... était une sottise essentiellement motivée par l’ignorance de notre propre histoire, aggravée par le négationnisme historique ambiant.

COMPLET


 

Tag(s) : #liberté d'expression, #François Asselineau, #politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :