En cette fin d'année chaotique, notre éminent chroniqueur
Jean-Pierre Garnier
nous gratifie d'une recension choisie qui, par certains aspects anecdotiques, pourrait évoquer

«La Critique critique » sous les traits du marchand de mystères
Pour cette période festive il a distingué, dans l'âpre bataille des idées qui se développe "à gauche de la gauche", une des controverses qui ont agité le landernau gentrifié durant l'été, sur fond de "miracle grec" (inversé), et qui fut assez emblématique de la "suite des événements". Des événements marquants qui suivirent 
donc... et marquèrent surtout, de manière spectaculaire jusqu'à ces derniers jours, le grand délabrement idéologique désormais presque accompli. Voici donc JPG en arbitre d'un match assez divertissant : d'un coté les zélotes de la "dream-team" de "gauche radicale", l'économiste spinoziste des affects, de l'autre. Bref, les propagandistes post-communistes (et écolosocialistes) de la liste "Nos fesses d'abord" versus le plus fringant parmi les intellectuels spécifiques des sectes subjectivées...

Lordo-libéralisme
ou
Le néolibéralisme vu par Frédéric Lordon

Pour avoir osé manquer de révérence à Frédéric Lordon, vache sacrée des pâturages altercapitalistes, un militant communiste parisien a eu droit à une volée de bois de la part des fans de l’économiste spinozien1. Il s’agit là d’une habitude typiquement française. Foucault, Althusser, Derrida, Deleuze…, combien de maîtres penseurs de la gauche académique n’ont- ils pas été hissés eux aussi au rang d’idoles intouchables ! Immanquablement, la moindre tentative d’ébranler leur piédestal ou même d’y toucher de manière inconvenante se voit illico imputée à l’envie et au ressentiment. Avis, donc, aux iconoclastes assez inconscients pour vouloir sinon déboulonner les statues ou du moins déstabiliser leur socle: ils seront renvoyés sans autre forme de procès à leur nullité théorique et la médiocrité de leurs ambitions

De quoi le camarade Élias Duparc, un militant communiste parisien2 — que je ne connais pas — s’est-il rendu coupable pour susciter une telle levée de boucliers parmi les gardiens du temple où trône la pythie du Diplo ? En gros, d’avoir émis l’hypothèse que « tout se passe comme si, pour Lordon, les néolibéraux se trompaient », et d’avoir aggravé son cas en osant rappeler que « si les élites financières implémentent partout des politiques d’austérité avec la complicité du personnel politique, ce n’est pas à l’issue d’une gymnastique intellectuelle – fût-elle erronée. C’est tout simplement pour réaliser des profits ». Crime de lèse-majesté scientifique ! En fait, dissipation sacrilège d’une illusion rassurante pour une « gauche de gauche »3 politiquement impuissante à freiner l’offensive néolibérale, à défaut d’y mettre fin — ce qui, il est vrai, serait au-dessus de ses forces —, qui s’en console à bon compte en se persuadant que cette offensive est menée par des crétins. Ainsi, les profits colossaux engrangés par la bourgeoisie maintenant « mondialisée » depuis bientôt un demi siècle l’auraient été, si l’on suit F. Lordon, en dépit du fourvoiement intellectuel des initiateurs des thérapies de choc et de la fausseté des modélisations économiques qui les ont inspirés. De même, comme le fait remarquer É. Duparc, les privations en tout genre auxquelles les peuples européens ont été soumis avec la mise sur orbite de l’euro, découleraient, toujours au dire de F. Lordon, de la « malfaçon » présidant à la création de cette monnaie qui, toujours selon celui-ci, serait dès le départ une « mauvaise idée ». A cet égard, il n’est pas exagéré de conclure, comme le fait É. Duparc, qu’avec Lordon « on est bien dans l’idéalisme complet quand on fait provenir les profits des capitalistes d’une série d’erreurs et de malfaçons ». Car, depuis que notre économiste a endossé le costume de philosophe, il semblerait bien que ce soient désormais les idées qui mèneraient le monde capitaliste, mais d’une manière assez paradoxale : ce serait à des idées fausses que la bourgeoisie transnationale devrait son insolente prospérité et cela depuis déjà plusieurs décennies  !

Comme l’a pointé son contradicteur, la « raison analytique » qui guide Lordon dans ses raisonnements et ses démonstrations souffre de deux dérives idéologiques : le culturalisme et le psychologisme. Resterait à déterminer le poids de l’« affect » dans leur apparition, Lordon reconnaissant lui-même que celui-ci n’est pas non plus étranger à ses prises de position. Mais peut-être conviendrait-il de faire intervenir aussi un troisième facteur que cet élève assidu de Pierre Bourdieu ne peut certainement pas ignorer : l’intellocentrisme lié à son propre habitus, un habitus de classe, pour être précis.

Nous ne nous attarderons pas sur le culturalisme, évident, qui imprègne la vision de Lordon sur l’« entêtement des Allemands » à s’en tenir, à se cramponner même aux règles de l’« ordolibéralisme » qu’il attribue au « traumatisme » de la crise inflationniste qu’a subi la République de Weimar au point d’entraîner sa perte de la manière que l’on sait. Comme si l’Angleterre de Margaret Thatcher ou les États-Unis de Ronald Reagan n’avaient pas connu eux aussi certaines périodes de rigidité en matière budgétaire et monétaire! Un diagnostic où, en outre, le psychologisme vient à la rescousse du culturalisme comme si l’attachement « obsessionnel », selon F. Lordon, à un euro fort relevait d’un traitement psychanalytique. Ce psychologisme ressort davantage encore dans les explications de F. Lordon relatives au cours néo-libéral emprunté par les politiques économiques d’« austérité » menées par les gouvernements européens. À le lire, c’est à la bêtise des dirigeants politiques et de leurs conseillers qu’il faudrait les imputer, gens assez crédules pour prendre pour argent comptant les élucubrations modélisées d’économistes eux-mêmes dotés de capacités conceptuelles limitées.

É. Duparc a raison de parler de la « surestimation criante du rôle du concept dans la genèse des événements historiques », dont fait preuve F. Lordon dans son interprétation de l’« échec » des politiques néo-libérales. Reste à expliquer son origine. Je me risquerai à émettre l’hypothèse qu’elle renvoie à une troisième dérive idéologique, l’intellocentrisme, typique de l’éthos de classe de la fraction supérieure la petite bourgeoisie intellectuelle, celle qui, par définition étatique — l’obtention de diplômes universitaires —, est seule détentrice légitime et autorisée du monopole de l’intelligibilité du monde, une violence symbolique4 parmi d’autres. « Chez Lordon, observe É. Duparc, les néolibéraux, qu’ils soient chercheurs ou « décideurs », sont « les dindons de la farce intellectuelle ». Des dindons qui, pourtant, se gavent en servant, les uns en théorie et les autres en pratique, des maîtres qui n’ont cure des cogitations scientifiques de haute volée. Comme ses pareils, confinés dans le théoricisme par l’enfermement dans l’institution académique, F. Lordon « ne parvient guère à saisir le monde social autrement que comme l’enjeu d’une querelle théorique ». Ce qui oblige son contradicteur à lui rappeler « un élément autrement important », c’est-à-dire le B-A BA de l’approche marxiste ou marxienne : « la lutte entre groupes sociaux d’intérêt divergent – dans laquelle l’élite néolibérale a en réalité de bonnes raisons de faire ce qu’elle fait ». N’en déplaise à F. Lordon, en effet, les dirigeants issus de la démocratie représentative, secondés par les experts qui les conseillent, mènent les politiques qu’ils mènent en fonction d’« un projet de classe, celui de permettre à une infime minorité de maximiser son taux de profit ».

Au-delà du cas personnel de F. Lordon, le concept d’habitus suffirait à rendre compte également de la relation des eurocrates et des ministres de la vraie droite ou de la fausse gauche — de la deuxième droite, en fait5 — aux théorisations néo-libérales. Comme le souligne l’une des rares personnes à ne pas avoir tenu d’emblée pour nulles et non avenus les doutes et les objections d’É. Duparc à l’égard des considérations de F. Lordon, « il est clair que l'ambition sociale, financière... de ces gens-là »6 — ceux qui ont fréquentés les grandes écoles de pouvoir – « (ils ne font quand même pas toutes ces études pour rien) ne peut que les conduire à adopter une vision politico-économique ou le profit devient le critère ultime. »7 Et la personne citée de préciser : « Ce sont donc bien des acteurs de la lutte des classes - nos hommes politiques ». Laissons de côté la naïveté du regret exprimé par cette même personne que ceux-ci « s'éloignent progressivement de l'idée du bien commun (idée qui était pourtant le point central à l'origine de la création des IEP et de l'ENA) ». Pour avoir moi-même « fait Sciences Po ou côtoyé des élèves de l'ENA » — pour reprendre les critères d’excellence supposée des « gens » évoqués plus haut, je puis assurer que je n’ai jamais pris au sérieux cette «idée du bien commun», lieu commun si j’ose dire de la vulgate citoyenniste dispensée dans les cours d’instruction civique, et encore moins les étudiants de ces établissements qui s’y référaient de manière grégaire dans leurs dissertations ou leurs exposés. Un scepticisme auquel, je l’avoue, mon engagement à ce que l’on appelait alors l’extrême-gauche n’était sans doute pas étranger.

Quoi qu’il en soit, le problème est que : quand il arrive à F. Lordon d’évoquer la lutte des classes à propos de la crise grecque ou du reste, c’est toujours de manière abstraite et imprécise, sorte de clause de style obligée destinée à marquer son ancrage à gauche mais qui ne s’accompagne jamais de la moindre « analyse concrète de la situation concrète », pour reprendre l’impératif de Lénine, des rapports de classes effectivement en jeu. Comme le fait encore remarquer la personne mentionnée, si « nos hommes politiques finissent par avoir le même logiciel que les traders des marchés financiers dans la tête, il n'y a pas toujours besoin du raffinement intellectuel d'un Lordon pour comprendre leurs décisions dès qu'ils sont au gouvernement ». Un peu de sociologie matérialiste suffirait, en effet, pour découvrir que « traders, politiques, journalistes, anciens des écoles de commerce » sont « tous issus du même milieu, que ce soit par leur naissance et/ou par leur cursus universitaire, et pensent souvent de la même manière ». En d’autres termes, leur appartenance de classe fait qu'« ils comprennent mieux, et travaillent donc naturellement pour le compte de, ceux qui, comme eux, au sein de la société, recherchent avant tout une réussite économique personnelle » sans trop se préoccuper, et c’est là une litote, de ce qui en résulte de négatif pour les peuples.

À l’encontre de ce que F. Lordon peut supputer, l’eurocratie européenne et les gouvernements qui lui sont soumis ne sont pas composés d’individus assez stupides pour être les dupes d’experts en économie aux théories boiteuses. En termes marxistes, ils ne sont autres que des fondés de pouvoir de la bourgeoisie, ou, dans le langage bourdieusien, des agents de la domination capitaliste. Des agents conscients, lucides, parfois jusqu’au cynisme. Pour qui a pu voir la photo de Jean-Claude Juncker tapotant de manière faussement amicale et assurément paternaliste, la joue d’un Tsipras à l’air de premier communiant, il est évident que l’ex-Premier ministre d’un État qui lave plus blanc l’argent sale que l’importe quel paradis fiscal exotique savait très bien à qui il avait affaire. À un jeune révolutionnaire d’amphithéâtre universitaire frais et moulu par la vertu des urnes en gouvernant réformiste, qu’il était donc assez aisé de rouler dans la farine de la « négociation ». On imagine mal un dirigeant capitaliste du siècle dernier effectuer le même geste avec un Staline, un Mao ou un Fidel Castro !

Jean-Pierre Garnier

1 Élias Duparc, « Les contradictions de Frédéric Lordon » Blog La pompe à phynance, 7 juillet 2015

2 Il est secrétaire de la section Paris-centre du PCF.

3 NdR : Une « gauche de gauche » dont É.Duparc se revendique tout autant que F.Lordon, mais sur la ligne (concurrente) d'indéfectible soutien à Syriza et Tsipras, sa vie son œuvre, défendue par l'appareil du PCF (en parfaite contradiction avec les communistes grecs) dont É.Duparc est un des jeunes apparatchiks et propagandistes les plus zélés.

4 NdR : Le genre de violence auquel notre économiste des affects, jusqu'ici très sensible à toutes les dominations symboliques, semble s'être assez bien immunisé (depuis que les lumières deleuzo-spinozistes sont venues le sortir de sa conscience malheureuse).

5 Jean-Pierre Garnier, Louis Janover, La deuxième droite, Robert Laffont 1986, réédition Agone 2013.

6 Emma Grandon, intervenant sur le blog : La Pompe à phynance, 9 juillet 2015

7 Emma Grandon, blog La Pompe à phynance, 9 juillet 2015

 

Tag(s) : #jean-pierre garnier, #politique, #lordon, #euro

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :