Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le transcendantal pétainiste français
le transcendantal pétainiste français

Chers amis,

vous avez été surpris et choqués de ne plus accéder aux vidéos de tropiques ... et vous avez été nombreux à le faire savoir.

Après avoir "suspendu" notre compte "motion-maker" bloqué, sans explication (vendredi matin, juste après la publication des vidéos sur la soirée de témoignage des ukrainiens) ... notre hébergeur de vidéos : Dailymotion, vient de le rétablir (ce samedi matin), sans plus d'explication ni justification, mais il est à supposer que mes protestations, largement relayées et exprimées par nos lecteurs, ne sont pas étrangères à ce "rétablissement"

De même, tout cela n'est sans doute pas sans rapport avec nos récentes vidéos sur l'Ukraine, et confirme donc que c'est ainsi que se conçoit désormais la "liberté d'expression" dans notre beau pays (Dailymotion est une société "française").

Nous avions commencé à prendre des dispositions pour remettre en ligne l'ensemble de nos articles avec les vidéos qui les illustraient, et dont le succès va croissant. Mais il semble que, depuis peu, les choses rentrent dans l'ordre, grâce à vous.

Nous sommes désormais prévenus : au pays de la "liberté d'expression" il faut redoubler de vigilance ...

Une fois encore nous observons la manifestation du transcendantal pétainiste, qu'Alain Badiou a parfaitement explicité :

"Je propose de dire que «pétainiste» est le transcendantal, en France, des formes étatisées et catastrophiques de la désorientation. Nous avons une désorientation majeure, elle se présente comme un tournant dans la situation, elle est solennellement active à la tête de l'état. De ce point de vue, encore formel, il y a une tradition nationale du pétainisme qui est bien antérieure à Pétain. Le pétainisme commence en réalité en France avec la Restauration de 1815. Un gouvernement post-révolutionnaire se réinstalle dans les fourgons de l'étranger, avec l'appui vigoureux des émigrés, des classes renversées, des traîtres et opportunistes de tout acabit, et le consentement d'un peuple fatigué".

Alain Badiou dans "De quoi Sarkozy est-il le nom?"